La psychologie des cycles de marché
Accueil
Articles
La psychologie des cycles de marché

La psychologie des cycles de marché

DĂ©butant
Publié le Oct 14, 2019Mis à jour le Nov 16, 2023
7m

Qu'est-ce que la psychologie du marché ?

La psychologie du marché est l'idée que les mouvements d'un marché reflÚtent (ou sont influencés par) l'état émotionnel de ses participants. C'est l'un des principaux thÚmes de l'économie comportementale, un domaine pluridisciplinaire qui étudie les différents facteurs qui précÚdent les décisions économiques.

Nombreux sont ceux qui pensent que les émotions sont le principal moteur des fluctuations des marchés financiers. Et que l'opinion globale fluctuante des investisseurs est ce qu'on appelle les cycles psychologiques du marché.

En bref, le sentiment de marché est le sentiment global que les investisseurs et les traders ont sur l'action de cours d'un actif. Lorsque le sentiment du marché est positif et que les prix sont en hausse constante, on parle de tendance haussiÚre (souvent appelée marché haussier). L'inverse est appelé marché baissier, lorsqu'il y a une baisse continue des prix.

Ainsi, le sentiment est constitué des opinions et des sentiments individuels de tous les traders et investisseurs au sein d'un marché financier. Une autre façon de voir les choses est de considérer qu'il s'agit d'une moyenne du sentiment général des participants au marché.

Mais, comme dans tout groupe, aucune opinion n'est totalement dominante. Sur la base des théories de psychologie du marché, le cours d'un actif a tendance à changer en permanence en réponse à l'opinion globale du marché, qui est également dynamique. Autrement, il serait beaucoup plus difficile de réussir un trade.

En pratique, lorsque le marchĂ© monte, cela est probablement dĂ» Ă  l'amĂ©lioration de l'attitude et de la confiance des traders. Un sentiment positif sur le marchĂ© entraĂźne une augmentation de la demande et une diminution de l'offre. Par consĂ©quent, l'augmentation de la demande peut entraĂźner un sentiment encore plus positif. De mĂȘme, une forte tendance baissiĂšre tend Ă  crĂ©er un sentiment nĂ©gatif qui rĂ©duit la demande et augmente l'offre disponible.

 

Comment les émotions changent-elles pendant les cycles de marché ?

Tendance haussiĂšre

Tous les marchés connaissent des cycles d'expansion et de contraction. Lorsqu'un marché se trouve dans une phase d'expansion (un marché haussier), il y a un climat d'optimisme, de conviction et de croissance. En général, ce sont les principales émotions qui conduisent à une forte activité d'achat.

Il est assez fréquent d'observer une sorte d'effet cyclique ou rétroactif pendant les cycles du marché. Par exemple, le sentiment devient plus positif au fur et à mesure que les prix augmentent, ce qui fait que le sentiment devient encore plus positif, entraßnant le marché encore plus haut.

Parfois, un fort sentiment d'avidité et de croyance envahit le marché de telle sorte qu'une bulle financiÚre peut se former. Dans un tel scénario, de nombreux investisseurs deviennent irrationnels, perdent de vue la valeur réelle et n'achÚtent un actif que parce qu'ils pensent que le marché continuera de monter.

Ils deviennent avides et se laissent emporter par la dynamique du marché, dans l'espoir de réaliser des bénéfices. Le prix monte plus encore, créant un maxima local. En général, cela est considéré comme le point de risque financier maximal.

Dans certains cas, le marché subira un mouvement latéral pendant un certain temps, car les actifs sont progressivement vendus. Cette étape est également connue sous le nom d'étape de distribution. Cependant, certains cycles ne présentent pas de phase de distribution claire, et la tendance baissiÚre commence peu de temps aprÚs l'atteinte du sommet.

Tendance baissiĂšre

Lorsque le marché commence à s'inverser, l'humeur euphorique peut rapidement se transformer en complaisance, car de nombreux traders refusent de croire que la tendance à la hausse est terminée. Lorsque les prix continuent de baisser, le sentiment du marché se déplace rapidement vers le cÎté négatif. Il comprend souvent des sentiments d'anxiété, de déni et de panique.

Dans ce contexte, nous pouvons dĂ©crire l'anxiĂ©tĂ© comme le moment oĂč les investisseurs commencent Ă  se demander pourquoi le prix baisse, ce qui conduit rapidement Ă  la phase de dĂ©ni. La pĂ©riode de dĂ©ni est marquĂ©e par un sentiment de refus. Beaucoup d'investisseurs insistent pour conserver leurs positions perdantes, soit parce que « il est trop tard pour vendre », soit parce qu'ils veulent croire que « le marchĂ© se retournera bientĂŽt ».

Mais lorsque les prix baissent encore plus, la vague de vente se renforce. À ce stade, la peur et la panique conduisent souvent Ă  ce qu'on appelle une capitulation du marchĂ© (lorsque les dĂ©tenteurs abandonnent et vendent leurs actifs prĂšs du minima local).

Finalement, la tendance Ă  la baisse s'arrĂȘte lorsque la volatilitĂ© diminue et que le marchĂ© se stabilise. En gĂ©nĂ©ral, le marchĂ© connaĂźt des mouvements latĂ©raux avant que des sentiments d'espoir et d'optimisme ne se manifestent Ă  nouveau. Cette pĂ©riode latĂ©rale est Ă©galement connue sous le nom de phase d'accumulation.

 

Comment les investisseurs utilisent-ils la psychologie du marché ?

En supposant que la thĂ©orie de la psychologie du marchĂ© soit valable, la comprendre peut aider un trader Ă  entrer et sortir de ses positions Ă  des moments plus favorables. L'attitude gĂ©nĂ©rale du marchĂ© est contre-productive : le moment oĂč l'opportunitĂ© financiĂšre la plus Ă©levĂ©e (pour un acheteur) survient gĂ©nĂ©ralement lorsque la plupart des gens sont dĂ©sespĂ©rĂ©s, et le marchĂ© est trĂšs bas. En revanche, le moment oĂč le risque financier est le plus Ă©levĂ© survient souvent lorsque la majoritĂ© des acteurs du marchĂ© sont euphoriques et trop confiants.

Ainsi, certains traders et investisseurs essaient de lire le sentiment d'un marchĂ© pour repĂ©rer les diffĂ©rentes Ă©tapes de ses cycles psychologiques. IdĂ©alement, ils utiliseraient ces informations pour acheter en cas de panique (baisse des prix) et vendre en cas d'aviditĂ© (hausse des prix). Cependant, en pratique, la reconnaissance de ces points optimaux est rarement une tĂąche facile. Ce qui pourrait sembler ĂȘtre le minima local (support) pourrait ne pas tenir, ce qui conduirait Ă  des minimas encore plus bas.

 

Analyse technique et psychologie du marché

Il est facile de regarder les cycles du marché et de reconnaßtre comment la psychologie générale a changé. L'analyse des données antérieures permet de savoir quelles actions et décisions auraient été les plus rentables.

Cependant, il est beaucoup plus difficile de comprendre comment le marché évolue au fur et à mesure, et encore plus difficile de prédire ce qui se passe ensuite. De nombreux investisseurs utilisent l'analyse technique (AT) pour tenter d'anticiper l'évolution probable du marché.

Dans un sens, nous pouvons dire que les indicateurs d'AT sont des outils qui peuvent ĂȘtre utilisĂ©s pour mesurer l'Ă©tat psychologique du marchĂ©. Par exemple, l'indicateur Indice de force relative (RSI) peut indiquer qu'un actif est surachetĂ© en raison d'un fort sentiment positif du marchĂ© (par exemple, une aviditĂ© excessive).

La MACD est un autre exemple d'indicateur qui peut ĂȘtre utilisĂ© pour repĂ©rer les diffĂ©rentes Ă©tapes psychologiques d'un cycle de marchĂ©. En bref, la relation entre ses lignes peut indiquer quand la dynamique du marchĂ© change (par exemple, la force d'achat s'affaiblit).

 

Bitcoin et psychologie du marché

Le marché haussier Bitcoin de 2017 est un exemple clair de la maniÚre dont la psychologie du marché affecte les prix et vice-versa. De janvier à décembre, le Bitcoin est passé d'environ 900 dollars à son record absolu de 20 000 dollars. Au cours de la montée, le sentiment du marché est devenu de plus en plus positif. Des milliers de nouveaux investisseurs sont entrés sur le marché, attirés par le regain d'enthousiasme du marché. Le FOMO, l'optimisme excessif et l'avidité ont rapidement fait grimper les prix, jusqu'à ce que ce ne soit plus le cas.

Le renversement de tendance a commencĂ© Ă  avoir lieu fin 2017 et dĂ©but 2018. La correction qui a suivi a entraĂźnĂ© des pertes importantes pour de nombreux retardataires. MĂȘme lorsque la tendance Ă  la baisse Ă©tait dĂ©jĂ  Ă©tablie, la fausse confiance et la complaisance ont poussĂ© de nombreuses personnes Ă  insister Ă  HODLer.

Quelques mois plus tard, le sentiment du marchĂ© est devenu trĂšs nĂ©gatif, la confiance des investisseurs ayant atteint un niveau historiquement bas. Le FUD et la panique ont poussĂ© beaucoup de ceux qui ont achetĂ© prĂšs du sommet Ă  vendre prĂšs du plancher, subissant ainsi de lourdes pertes. Certaines personnes ont Ă©tĂ© déçues par le Bitcoin, bien que la technologie soit essentiellement la mĂȘme. En fait, il est amĂ©liorĂ© en permanence.

 

Biais cognitifs

Les biais cognitifs sont des modÚles de pensée communs qui amÚnent souvent les humains à prendre des décisions irrationnelles. Ces modÚles peuvent affecter à la fois les traders individuels et le marché dans son ensemble. Voici quelques exemples courants :

  • Biais de confirmation : la tendance Ă  surĂ©valuer les informations qui confirment nos propres croyances, tout en ignorant ou en rejetant les informations qui leur sont contraires. Par exemple, les investisseurs dans un marchĂ© haussier peuvent se concentrer davantage sur les nouvelles positives, tout en ignorant les mauvaises nouvelles ou les signes indiquant que la tendance du marchĂ© est sur le point de s'inverser.

  • Peur de perdre : la tendance des humains Ă  craindre les pertes plus qu'ils n'apprĂ©cient les gains, mĂȘme si le gain est similaire ou supĂ©rieur. En d'autres termes, la douleur d'une perte est gĂ©nĂ©ralement plus intense que la joie provoquĂ© par un gain. Cela peut amener les traders Ă  manquer de bonnes opportunitĂ©s ou Ă  vendre en panique pendant les pĂ©riodes de capitulation du marchĂ©.

  • Effet de fin de vie : c'est la tendance pour les gens Ă  surĂ©valuer les choses qu'ils possĂšdent, simplement parce qu'ils en sont propriĂ©taires. Par exemple, un investisseur qui possĂšde un portefeuille de cryptomonnaies est plus susceptible de croire qu'il a de la valeur qu'un investisseur sans crypto.

 

Pour conclure

La plupart des traders et des investisseurs conviennent que la psychologie a une incidence sur les cours et les cycles du marchĂ©. Bien que les cycles psychologiques du marchĂ© soient bien connus, il n'est pas toujours facile d'y faire face. De la folie des tulipes des annĂ©es 1600 Ă  la bulle Internet des annĂ©es 90, mĂȘme les traders les plus expĂ©rimentĂ©s ont eu du mal Ă  distinguer leur propre attitude de l'humeur gĂ©nĂ©rale du marchĂ©. Les investisseurs sont confrontĂ©s Ă  la tĂąche difficile de comprendre non seulement la psychologie du marchĂ©, mais aussi leur propre psychologie et la maniĂšre dont elle affecte leur processus de dĂ©cision.