Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) expliquées
Accueil
Articles
Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) expliquées

Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) expliquées

DĂ©butant
Publié le Jan 25, 2021Mis à jour le Jun 9, 2023
6m

Résumé

Donc, le Bitcoin est gĂ©nial, n'est-ce pas ? Mais pourquoi ne puis-je pas l'utiliser pour acheter du cafĂ© ou payer des taxes ? MĂȘme si le Bitcoin est une forme d'argent numĂ©rique, l'utiliser comme monnaie quotidienne n'est peut-ĂȘtre pas une solution idĂ©ale. Cet usage sera probablement proposĂ© par un autre type d'actif numĂ©rique : les monnaies numĂ©riques des banques centrales (CBDC).

La plupart des pays Ă©tudient uniquement l'idĂ©e d'une monnaie entiĂšrement numĂ©rique, tandis que d'autres testent dĂ©jĂ  des mises en Ɠuvre. Mais qu'est-ce qui diffĂ©rencie les CBDC des autres actifs numĂ©riques ? Voyons ça ensemble.


Introduction

La technologie qui se cache derriĂšre le transfert d'argent dans la finance traditionnelle ne suivait pas vraiment le rythme des Ă©volutions technologiques. MĂȘme s'il ne s'agit que d'un peu plus que d'envoyer des donnĂ©es d'un endroit Ă  un autre, l'envoi d'argent peut ĂȘtre coĂ»teux et prendre plus de temps que ce qui est souhaitable.

De nombreux gouvernements développent activement un nouveau type de monnaie numérique. Les principaux avantages seraient d'accroßtre l'efficacité des systÚmes de paiement et de réduire les coûts pour toutes les parties concernées. On pourrait considérer les CBDC comme une monnaie fiat numérique construite sur une nouvelle couche technologique inspirée des progrÚs réalisés par la blockchain.

Il est probable que de nombreux pays adopteront ces monnaies numériques dans la prochaine décennie. Alors, comment fonctionnent-elles ?


Qu'est-ce qu'une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) ?

Une monnaie numérique de banque centrale est une forme numérique de monnaie fiat. En tant que telle, il s'agit d'argent au sens légal établi par le gouvernement.

L'approche de la conception d'une CBDC variera probablement beaucoup en fonction du pays Ă©metteur. Certaines mises en Ɠuvre seront probablement basĂ©es sur la blockchain ou un autre type de technologie de registre distribuĂ© (DLT), tandis que d'autres pourraient se contenter d'une base de donnĂ©es centralisĂ©e. Ceux qui sont basĂ©s sur la blockchain utiliseront un token pour reprĂ©senter la forme numĂ©rique de la monnaie fiat.
Bien que nous puissions affirmer que les CBDC sont inspirĂ©es par les cryptomonnaies telles que le Bitcoin, elles sont assez diffĂ©rentes. Les CBDC sont dĂ©livrĂ©es par un gouvernement d'État et dĂ©clarĂ©es comme ayant cours lĂ©gal.

Les cryptomonnaies telles que le Bitcoin sont sans frontiĂšres et ne sont Ă©mises par aucun État ou entitĂ© centralisĂ©e. Bien sĂ»r, cela ne signifie pas que vous ne pourrez pas effectuer de paiements transfrontaliers avec une CBDC, mais le Bitcoin ne sait mĂȘme pas ce que sont les frontiĂšres nationales.

De nombreuses banques centrales envisagent ou expérimentent activement une preuve de concept pour les CBDC.

La Chine travaille depuis 2014 sur un projet appelé DC/EP (Digital Currency/Electronic Payments). Un essai actif du yuan numérique a déjà été mis en place dans plusieurs villes. La Banque centrale européenne (BCE) a publié un rapport en octobre 2020 qui a proposé une euro numérique et évalué les avantages d'une telle monnaie numérique.


Comprendre les monnaies numériques de banques centrales (CBDC)

D'un point de vue technologique, une CBDC est essentiellement une base de données gérée et contrÎlée par le gouvernement (ou éventuellement des entités approuvées dans le secteur privé). C'est la raison pour laquelle une CBDC est une base de données avec contrÎle d'accÚs, car seuls les acteurs approuvés ont la possibilité d'effectuer des transactions sur le réseau.

En tant que telle, l'entitĂ© centralisĂ©e qui contrĂŽle la base de donnĂ©es a Ă©galement la possibilitĂ© d'empĂȘcher les transactions d'aboutir, d'annuler des transactions, de « geler » des fonds ou d'Ă©tablir une liste noire d'adresses.

De nombreuses CBDC fonctionneront probablement sur leurs propres blockchains. Cependant, certaines d'entre eux peuvent ĂȘtre Ă©mis sur des blockchains publiques. De cette façon, les actifs autorisĂ©s sont installĂ©s sur une couche de base sans autorisation. Cette solution pourrait offrir le meilleur des deux mondes, car la couche avec contrĂŽle d'accĂšs pourrait fournir le contrĂŽle nĂ©cessaire aux banques centrales, tandis que la couche sans autorisation pourrait fournir les garanties de sĂ©curitĂ© les plus solides.

Cependant, cela ne sera probablement pas la norme. À l'heure actuelle, aucune blockchain publique ne dispose des moyens technologiques ni n'a rĂ©sistĂ© suffisamment longtemps Ă  l'Ă©preuve du temps pour pouvoir assumer en toute sĂ©curitĂ© une tĂąche aussi importante.

À part cela, il est quelque peu difficile de dĂ©crire de maniĂšre gĂ©nĂ©rale le fonctionnement d'une CBDC, car chaque pays a une approche diffĂ©rente. Ils vont probablement tous adapter la technologie Ă  leurs besoins spĂ©cifiques.


Avantages des monnaies numériques de banques centrales (CBDC)

Vous avez peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  entendu l'expression « banking the unbanked » par rapport aux cryptomonnaies. Bien que l'idĂ©e ait un certain attrait, les CBDC pourraient probablement atteindre cet objectif mieux que les cryptomonnaies dĂ©centralisĂ©es comme le Bitcoin. Tout citoyen lĂ©gal ayant un accĂšs facile Ă  un compte bancaire Ă  faible coĂ»t peut accroĂźtre l'inclusion financiĂšre.

Un autre avantage est le progrÚs technologique que peut apporter la refonte du systÚme monétaire. Bien qu'une bonne partie de l'argent soit essentiellement numérotée dans une base de données, la plupart de l'infrastructure est assez ancienne. L'envoi d'un e-mail un dimanche aprÚs-midi prend quelques secondes, comme il le devrait. Toutefois, en raison de l'alambic du systÚme financier actuel, envoyer de l'argent peut prendre plusieurs jours.

Au cours des rĂ©ponses Ă©conomiques Ă  la pandĂ©mie de COVID, nous avons vu que les banques centrales doivent agir plus rapidement que jamais. Les CBDC peuvent permettre aux banques centrales et aux institutions financiĂšres de mettre en Ɠuvre les changements de la politique monĂ©taire plus directement que jamais auparavant. Cela a le potentiel de remodeler le fonctionnement de la banque centrale.

Une CBDC permet également aux gouvernements et aux banques centrales de suivre plus facilement les activités illicites.


Comparaison des CBDC et des stablecoins

Tout cela ressemble terriblement à un stablecoin, non ? Sur le plan fonctionnel, elles sont quelque peu similaires : elles représentent toutes deux de la monnaie fiat sous la forme d'un token numérique. Cependant, sous le capot, elles sont trÚs différentes.
L'Ă©mission de stablecoins est gĂ©nĂ©ralement gĂ©rĂ©e par une entitĂ© privĂ©e et il s'agit essentiellement d'une reprĂ©sentation de la monnaie fiat ou d'un autre actif. Ils peuvent ĂȘtre Ă©changĂ©s contre la valeur qu'ils reprĂ©sentent, mais ils ne sont pas de la monnaie fiat. D'autre part, les CBDC sont Ă©mises par le gouvernement comme de la monnaie fiat.



Comparaison des CBDC et des cryptomonnaies

Comme nous l'avons mentionnĂ© prĂ©cĂ©demment, les CBDC sont diffĂ©rentes des cryptomonnaies. Les CBDC sont dĂ©livrĂ©es par un gouvernement d'État et dĂ©clarĂ©es comme ayant cours lĂ©gal. Vous pourriez penser Ă  une CBDC comme des billets de banque : il s'agit d'une unitĂ© de compte, d'un moyen de paiement et d'une rĂ©serve de valeur.
Les vraies cryptomonnaies telles que Bitcoin sont assez différentes. Elles ne sont pas émises par un gouvernement et ne se préoccupent pas vraiment des frontiÚres nationales. Elles sont sans permission, sans confiance, et résistantes à la censure. En outre, aucune entité centralisée ne contrÎle le réseau. Personne ne peut mettre en liste noire votre adresse Bitcoin pour l'envoi d'une transaction à une autre adresse Bitcoin.

Alors, laquelle est meilleure ? Cela dĂ©pend du cas d'utilisation. Le fait qu'Alice puisse envoyer des bitcoins Ă  Bob sans qu'aucun intermĂ©diaire ni personne ne puisse censurer la transaction est une idĂ©e puissante. En mĂȘme temps, cela a ses inconvĂ©nients. Que se passe-t-il si beaucoup d'argent est volĂ© ? Et si Alice envoyait accidentellement ses Ă©conomies Ă  la mauvaise adresse ?

Parfois, il peut ĂȘtre utile pour une entitĂ© de pouvoir annuler des transactions ou placer des adresses sur liste noire. D'autres fois, il est plus utile de profiter des avantages qu'un rĂ©seau dĂ©centralisĂ© comme le Bitcoin peut offrir au monde.


Pour conclure

En bref, nous pouvons dire que les monnaies numĂ©riques des banques centrales constituent une forme numĂ©rique d'argent fiat. Beaucoup de mises en Ɠuvre de CBDC utiliseront probablement la technologie blockchain et offriront Ă  quiconque un moyen plus fluide d'effectuer des paiements numĂ©riques.