Qu'est-ce qu'une Offre initiale de tokens (ICO - Initial Coin Offering) ?
Table des matières
Qu'est-ce qu'une ICO ?
Comparaison des ICO et des IEO (Initial Exchange Offerings - Offres d'échange initiales)
Comparaison des ICO et des STO (Security Token Offerings - Offres de tokens de sécurité)
Comment fonctionnent les ICO ?
Comment lancer une ICO ?
Quelles sont les réglementations entourant les ICO ?
Quels sont les risques des ICO ?
Pour conclure
Qu'est-ce qu'une Offre initiale de tokens (ICO - Initial Coin Offering) ?
Accueil
Articles
Qu'est-ce qu'une Offre initiale de tokens (ICO - Initial Coin Offering) ?

Qu'est-ce qu'une Offre initiale de tokens (ICO - Initial Coin Offering) ?

Débutant
Publié(e) Jan 30, 2019Mis à jour Mar 23, 2022
6m

Qu'est-ce qu'une ICO ?

Une offres initiales de tokens (ou ICO) est une méthode permettant aux équipes de lever des fonds pour des projets de la sphère crypto. Dans une ICO, les équipes génèrent des tokens basés sur la blockchain pour les vendre à leurs premiers supporters. Il s'agit d'une phase de crowdfunding : les utilisateurs reçoivent des tokens pouvant être utilisés (immédiatement ou dans le futur) et le projet récolte de l'argent pour son développement. 
La pratique a été popularisée en 2014 avec le financement du développement d'Ethereum. Depuis lors, ce format a été utilisé par des centaines d'entreprises (notamment pendant le boom de 2017) avec plus ou moins de succès. Bien que le nom ressemble à l'Offre initiale publique (IPO - Initial Public Offering), les deux sont radicalement différents sur la manière d'obtenir les fonds.

Les IPO s'appliquent généralement à des entreprises établies vendant des parts de leur société afin de lever des fonds. Les ICO, elles, sont utilisées comme mécanisme pour permettre aux entreprises de collecter très tôt des fonds pour lancer leur projet. Lorsque les investisseurs d'une ICO achètent des tokens, ceux-ci n'achètent pas de part de l'entreprise.

Les ICO peuvent être une alternative viable au financement traditionnel pour les startups technologiques. Les nouveaux entrants ont souvent du mal à obtenir des capitaux sans avoir un produit déjà fonctionnel. Dans la sphère blockchain, les entreprises établies investissent rarement dans des projets en fonction du livre blanc. De plus, l'absence de régulation sur le secteur les dissuade souvent de considérer les startups blockchain comme digne d'intérêt.

Cette pratique n'est pas seulement utilisée par les nouvelles entreprises. Des compagnies établies choisissent parfois de lancer une ICO inversée, une forme d'ICO similaire aux ICO classiques. Dans ce cas là, l'entreprise possède déjà un produit ou un service et lance un token pour décentraliser son écosystème. Celle-ci peut également organiser une ICO pour cibler un plus grand nombre d'investisseurs et lever des fonds pour un nouveau produit basé sur la blockchain.


Comparaison des ICO et des IEO (Initial Exchange Offerings - Offres d'échange initiales)

Les offres initiales d'échange et les Initial Exchange Offerings sont très similaires. La différence principale est que les IEO ne sont pas seulement organisées par l'équipe du projet, mais en partenariat avec un échange de cryptomonnaies.

L'échange s'associe avec l'équipe pour permettre à ses utilisateurs d'acheter directement des tokens sur sa plateforme. Cela peut être bénéfique pour toutes les parties concernées. Lorsqu'un échange réputé lance une IEO, ses utilisateurs s'attendent à ce que le projet ait soigneusement été examiné. L'équipe à l'origine de l'IEO profite d'une grande visibilité. L'exchange, de son côté, a tout à gagner de la réussite du projet.


Comparaison des ICO et des STO (Security Token Offerings - Offres de tokens de sécurité)

Les Offres de tokens de sécurité étaient autrefois qualifiées de « nouvelles ICO ». D'un point de vue technologique, celles-ci sont identiques : les tokens sont en effet créés et distribués et de la même manière. Du côté juridique, celles-ci sont néanmoins très différentes.

En raison d'une certaine ambiguïté juridique, il n'y a pas de consensus sur la manière dont les régulateurs doivent qualifier les ICO (plus de détails ci-dessous). En conséquence, le secteur n'a toujours pas été soumis à une réglementation significative.

Certaines sociétés ont décidé de réaliser des STO afin de proposer des actions sous forme de tokens. De plus, cela pourrait les aider à éviter certains problèmes juridiques. L'émetteur enregistre son offre à titre d'offre « de sécurité » auprès de l'organisme gouvernemental compétent, ce qui la soumet au même traitement que les titres traditionnels.


Comment fonctionnent les ICO ?

Une ICO peut prendre diverses formes. Parfois, l'équipe qui organise l'ICO dispose déjà d'une blockchain fonctionnelle qu'elle continuera à développer dans les mois et les années à venir. Dans ce cas, les utilisateurs peuvent acheter des tokens qui seront envoyés à leur adresse. 

À l'inverse, d'autres n'ont pas encore de blockchain, auquel cas les tokens seront émis sur une blockchain fonctionnant déjà (comme Ethereum). Une fois la nouvelle chaîne lancée, les détenteurs pourront échanger leurs anciens tokens contre des tokens émis sur celle-ci.

La pratique la plus courante consiste à émettre des tokens sur une chaîne compatible avec les smart contracts. Là encore, cela se fait principalement sur Ethereum – de nombreuses applications utilisent en effet la norme de tokens ERC-20. Bien que tous ne proviennent pas d'une ICO, on estime qu'Ethereum héberge aujourd'hui près de 200 000 tokens.

En plus d'Ethereum, d'autres chaînes peuvent également être utilisées : Waves, NEO, NEM ou Stellar sont quelques exemples populaires. Étant donné la souplesse de ces protocoles, de nombreuses organisations ne prévoient pas de migrer, mais choisissent plutôt de s'appuyer sur les bases existantes. Cette approche leur permet d'exploiter les effets de réseau d'un écosystème établi et donne aux développeurs l'accès à des outils qui ont déjà été testés.

Une ICO est annoncée à l'avance et spécifie les règles de son fonctionnement. Celle-ci peut définir une période de fonctionnement, fixer un plafond pour le nombre de tokens à vendre, ou combiner les deux. Il peut également y avoir une liste blanche à laquelle les participants doivent s'inscrire au préalable. 

Les utilisateurs doivent ensuite envoyer des fonds à une adresse spécifiée – le bitcoin et l'ethereum sont généralement acceptés en raison de leur popularité. Les acheteurs fournissent une nouvelle adresse pour recevoir les tokens, ou ceux-ci sont automatiquement envoyés à l'adresse à partir de laquelle le paiement a été effectué.


Comment lancer une ICO ?

La technologie pour créer et distribuer des tokens est largement accessible, mais il existe dans la pratique de nombreuses considérations juridiques à prendre en compte avant d'organiser une ICO. 

Dans l'ensemble, la cryptosphère manque de directives réglementaires, et certaines questions cruciales n'ont pas encore trouvé de réponse. Certains pays interdisent purement et simplement le lancement d'ICO, et même les juridictions les plus favorables aux cryptomonnaies n'ont pas encore adopté de législation claire. Il est donc impératif que vous compreniez les lois de votre propre pays avant d'envisager une ICO.


Quelles sont les réglementations entourant les ICO ?

Il est difficile de donner une réponse unique tant il y a de variables à prendre en compte. Les réglementations varient d'une juridiction à l'autre, et chaque projet a probablement ses propres nuances qui peuvent affecter la façon dont les entités gouvernementales le perçoivent. 

Il convient de noter que l'absence de réglementation dans certains endroits ne constitue pas la liberté de financer un projet par l'intermédiaire d'une ICO. Il est donc important d'obtenir un avis juridique auprès d'un professionnel avant de choisir cette forme de crowdfunding. 

À de nombreuses reprises, les régulateurs ont sanctionné des équipes ayant levé des fonds dans ce qu'ils ont ensuite considéré comme des offres de type « sécurité ». Si les autorités estiment qu'un token est un token de sécurité, l'émetteur doit se conformer aux mesures rigoureuses qui s'appliquent aux actifs traditionnels de cette catégorie. La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a d'ailleurs fourni des informations sur cette qualification et ses conséquences.

En général, le développement de la réglementation est plutôt lent dans l'écosystème blockchain, la technologie évoluant plus vite que la lourdeur du système juridique. Pourtant, de nombreuses entités gouvernementales ont discuté de la mise en place d'un cadre plus transparent pour la technologie blockchain et les cryptomonnaies.

Bien que de nombreux adeptes de la blockchain se méfient d'une éventuelle surenchère gouvernementale (qui pourrait entraver son développement), la plupart d'entre eux reconnaissent la nécessité de protéger les investisseurs. Contrairement aux cours financiers traditionnels, la possibilité pour toute personne du monde entier de participer à ces financements présente des défis importants.


Quels sont les risques des ICO ?

La perspective d'un nouveau token offrant d'énormes rendements est attrayante. Mais toutes les monnaies ne se valent pas. Comme pour tout investissement crypto, rien ne garantit que vous obtiendrez un retour sur investissement (ROI) positif.
Il est difficile de déterminer si un projet est viable tant il existe de nombreux facteurs à prendre en compte. Les investisseurs potentiels doivent faire preuve de diligence et mener des recherches approfondies sur les tokens qu'ils envisagent d'acheter. Ce processus doit inclure une analyse fondamentale du projet. Vous trouverez ci-dessous, une liste non exhaustive de questions à vous poser :
  • Le concept est-il viable ? Quels problèmes le projet tente-t-il de résoudre ?
  • Comment l'offre est-elle répartie ?
  • Le projet a-t-il réellement besoin d'une blockchain ou d'un token ?
  • L'équipe est-elle réputée ? Ont-ils les compétences nécessaires pour donner vie au projet et assurer sa pérennité ?

Évidemment, n'investissez jamais plus que ce que vous pouvez vous permettre de perdre. Le marché de la cryptomonnaie est un marché très volatil, pouvant vous faire gagner ou perdre beaucoup d'argent.


Pour conclure

Les Offres initiales de tokens se sont révélées extrêmement efficaces pour permettre aux projets en phase de démarrage d'obtenir des fonds. Suite au succès de l'ICO d'Ethereum en 2014, de nombreuses organisations ont pu obtenir des capitaux pour développer de nouveaux protocoles et écosystèmes.

Les acheteurs doivent toutefois être conscients de ce dans quoi ils investissent. Il n'y a pas de retour garanti. Étant donné que le secteur des cryptomonnaies n'en est qu'à ses débuts, ces investissements sont très risqués, et il n'y a guère de protection si le projet ne parvient pas à fournir un produit viable.