Les organisations autonomes décentralisées (DAO) expliquées
Table des matières
Introduction
Qu'est-ce qu'une DAO et comment fonctionne-t-elle ?
Les DAO et le problème principal-agent
Exemples de DAO
Ethereum et « The DAO »
Quels sont les problèmes auxquels les DAO sont confrontés ?
Pour conclure
Les organisations autonomes décentralisées (DAO) expliquées
AccueilArticles
Les organisations autonomes décentralisées (DAO) expliquées

Les organisations autonomes décentralisées (DAO) expliquées

Intermédiaire
Publié(e) Apr 6, 2020Mis à jour Nov 18, 2021
6m

Introduction

Les blockchains transforment déjà radicalement notre système financier. Toutefois, les propriétés telles que l'absence de confiance et l'immuabilité ne sont pas seulement utiles dans les applications monétaires.
La gouvernance est un autre candidat potentiel prêt à bénéficier de cette technologie. Les blockchains pourraient permettre de tout nouveaux types d'organisations qui peuvent fonctionner de manière autonome sans avoir besoin de coordination par une entité centrale. Cet article donne une idée de ce à quoi ces organisations peuvent ressembler.


Qu'est-ce qu'une DAO et comment fonctionne-t-elle ?

L'acronyme DAO signifie « Decentralized Autonomous Organization » ou organisation autonome décentralisée. En termes simples, une DAO est une organisation qui est régie par un code et des programmes informatiques. En tant que telle, elle a la capacité de fonctionner de manière autonome, sans avoir besoin d'une autorité centrale.

Grâce à l'utilisation de smart contracts, une DAO peut travailler avec des informations externes et exécuter des commandes sur la base de celles-ci, le tout sans aucune intervention humaine. Une DAO est généralement gérée par une communauté de parties prenantes encouragée par un mécanisme de token.
Les règles et les enregistrements des transactions d'une DAO sont stockés de manière transparente sur la blockchain. Les règles sont généralement décidées par le vote des parties prenantes. En général, les décisions sont prises au sein d'une DAO par le biais de propositions. Si une proposition est votée par la majorité des parties prenantes (ou répond à d'autres règles définies dans les règles de consensus du réseau), elle est ensuite implémentée.
D'une certaine manière, une DAO fonctionne de la même manière qu'une société ou un État national, mais c'est la DAO qui opère de la manière la plus décentralisée. Alors que les organisations traditionnelles travaillent avec une structure hiérarchique et de nombreuses couches de bureaucratie, les DAO n'ont aucune hiérarchie. Au lieu de cela, les DAO utilisent des mécanismes économiques pour aligner les intérêts de l'organisation sur ceux de ses membres, généralement par le biais de la théorie des jeux.

Les membres d'une DAO ne sont liés par aucun contrat formel. Ils sont plutôt liés par un objectif commun et des incitations réseau liées aux règles du consensus. Ces règles sont totalement transparentes et écrites dans le logiciel libre qui régit l'organisation. Comme les DAO fonctionnent sans frontières, elles peuvent être soumises à différentes juridictions.

Comme son nom l'indique, une DAO est décentralisée et autonome. Elle est décentralisée, car aucune entité n'a le pouvoir de prendre et d'appliquer les décisions. Et elle est autonome parce qu'elle peut fonctionner seule.

Une fois qu'une DAO est déployée, elle ne peut pas être contrôlée par une seule partie, mais plutôt par une communauté de participants. Si les règles de gouvernance définies dans le protocole sont bien conçues, elles doivent orienter les acteurs vers le résultat le plus bénéfique pour le réseau.

En termes simples, les DAO fournissent un système d'exploitation pour une collaboration ouverte. Ce système d'exploitation permet aux individus et aux institutions de collaborer sans avoir à se connaître ni à se faire confiance.


Les DAO et le problème principal-agent

Les DAO sont confrontées à un problème d'économie appelé dilemme principal-agent. Cela arrive lorsqu'une personne ou une entité (l'« agent ») a la capacité de prendre des décisions et d'entreprendre des actions au nom d'une autre personne ou entité (le « principal »). Si l'agent est motivé à agir dans son propre intérêt personnel, il peut ignorer les intérêts du principal.

Cette situation permet à l'agent de prendre des risques pour le compte du principal. Ce qui renforce le problème, c'est qu'il peut également y avoir une asymétrie de l'information entre le principal et l'agent. Il est possible que le principal ne sache jamais qu'il est floué et n'a aucun moyen de s'assurer que l'agent agisse dans son meilleur intérêt.

Des exemples courants de ce problème surviennent avec des élus représentant des citoyens, des courtiers représentant des investisseurs ou des gestionnaires représentant des actionnaires.

En permettant un plus haut degré de transparence grâce aux blockchains, les modèles d'incitation bien conçus derrière les DAO peuvent éliminer une partie de ce problème. Les incitations au sein de l'organisation sont alignées, et il y a très peu (ou pas) d'asymétrie d'information. Comme toutes les transactions sont enregistrées sur une blockchain, le fonctionnement des DAO est totalement transparent, ce qui, en théorie, les rend incorruptibles.


Exemples de DAO

Bien que très primitif, le réseau Bitcoin peut être considéré comme le premier exemple de DAO. Il fonctionne de manière décentralisée et est coordonné par un protocole de consensus sans hiérarchie entre les participants.
Le protocole Bitcoin définit les règles de l'organisation, tandis que les bitcoins en devise offrent aux utilisateurs la possibilité de sécuriser le réseau. Cela garantit que les différents participants peuvent travailler ensemble pour que le Bitcoin fonctionne en tant qu'organisation autonome décentralisée.

Dans le cas du Bitcoin, l'objectif commun est de stocker et de transférer la valeur sans qu'une entité centrale coordonne le système. Mais à quoi d'autre les DAO peuvent-elles servir ?

Des DAO plus complexes peuvent être déployées pour différents cas d'utilisation, tels que la gouvernance de tokens, les fonds de capital-risque décentralisés ou les plateformes de médias sociaux. Les DAO pourraient également coordonner le fonctionnement des appareils connectés à l'Internet des objets (IoT).

En outre, ces innovations ont introduit un sous-ensemble de DAO appelé « sociétés autonomes décentralisées » (DAC). Une DAC peut fournir des services similaires à une société traditionnelle, par exemple, un service de covoiturage. La différence est qu'elle fonctionne sans la structure de gouvernance d'entreprise que l'on trouve dans les entreprises traditionnelles.

Par exemple, une voiture qui se possède et qui fournit des services de covoiturage dans le cadre d'une DAC pourrait fonctionner de manière autonome, en effectuant des transactions avec des humains et d'autres dispositifs. Grâce à l'utilisation d'oracles blockchain, elle peut même déclencher des smart contracts et effectuer certaines tâches par elle-même, comme aller au garage.


Ethereum et « The DAO »

L'un des premiers exemples de DAO est la bien nommée « The DAO ». Elle était composée de smart contract complexes fonctionnant sur la blockchain Ethereum et censés agir comme un fonds de capital-risque autonome.
Les tokens DAO ont été vendus dans le cadre d'une offre initiale de pièces (ICO) et ont offert une participation et des droits de vote pour ce fonds décentralisé. Cependant, peu après son lancement, environ un tiers des fonds ont été drainés dans l'un des plus grands piratages de l'histoire des cryptomonnaies.
Le résultat de cet événement a été la scission d'Ethereum en deux chaînes à la suite d'un hard fork. Dans l'une d'elles, les transactions frauduleuses ont été annulées, comme si le piratage n'avait jamais eu lieu. Cette chaîne est maintenant appelée blockchain Ethereum. L'autre chaîne, en conformité avec le principe de « le code est la loi », a laissé les transactions frauduleuses maintenues selon le principe d'immuabilité. Cette blockchain s'appelle désormais Ethereum Classic.


Vous souhaitez vous lancer dans les cryptomonnaies ? Achetez du Bitcoin sur Binance !


Quels sont les problèmes auxquels les DAO sont confrontés ?

L'environnement réglementaire entourant les DAO est totalement incertain. Il reste à voir comment les différentes juridictions vont créer le cadre réglementaire autour de ces nouveaux types d'organisations. Toutefois, ce paysage réglementaire toujours incertain pourrait constituer un obstacle important à l'adoption des DAO.


Attaques coordonnées

Les avantages des DAO (décentralisation, immuabilité, fiabilité) portent de façon inhérente des inconvénients significatifs en matière de performance et de sécurité. Si certaines des organisations potentielles qui peuvent naître en tant que DAO sont sans aucun doute passionnantes, elles introduisent beaucoup de risques qui ne sont pas présents dans les organisations traditionnelles.


Points de centralisation

Il est évident que la décentralisation n'est pas un état, mais plutôt une plage, dans laquelle chaque niveau convient à un type d'utilisation différent. Dans certains cas, l'autonomie totale ou la décentralisation peuvent même ne pas être possibles ou avoir du sens.

Les DAO peuvent permettre à un plus grand nombre de participants de collaborer comme jamais auparavant, mais les règles de gouvernance définies dans le protocole seront toujours un point de centralisation. On peut soutenir que les organisations centralisées peuvent fonctionner avec une efficacité bien supérieure, mais en renonçant aux avantages de la participation ouverte.


Pour conclure

Les DAO permettent aux organisations de ne plus dépendre des institutions traditionnelles. Au lieu qu'une entité centrale coordonne les participants, les règles de gouvernance sont automatisées et orientent les acteurs vers le résultat le plus bénéfique pour le réseau.

Le réseau Bitcoin peut être considéré comme une DAO simpliste, et pour l'instant, les autres implémentations sont rares. La clé pour concevoir de bonnes DAO est de mettre en place un ensemble efficace de règles de consensus qui résolvent les problèmes complexes de coordination des participants. Le véritable défi à relever pour la mise en œuvre des DAO pourrait ne pas être purement technologique, mais plutôt social.
Si vous souhaitez en savoir plus sur les DAO, consultez le rapport de Binance Research : Les DAOs en théorie et en pratique.