Guide du débutant sur les tokens financiers
Table des matières
Introduction
Qu'est-ce qu'un token financier ?
Pourquoi utiliser des tokens financiers ?
Tokens financiers ou utilitaires, quelle est la différence ?
Qu'est-ce qui fait d'un token un titre financier ?
Tokens financiers et finance programmable
Pour conclure
Guide du débutant sur les tokens financiers
AccueilArticles
Guide du débutant sur les tokens financiers

Guide du débutant sur les tokens financiers

Débutant
Publié(e) Apr 20, 2020Mis à jour Dec 2, 2021
6m

Table des matières


Introduction

Un titre financier est un instrument financier qui détient de la valeur et peut être échangé. Selon cette définition, bon nombre des instruments que nous connaissons aujourd'hui, actions, obligations, options peuvent être considérés comme des titres.

Dans un contexte juridique, la définition est beaucoup plus étroite et varie d'une juridiction à l'autre. Si un instrument est assimilé à un titre financier conformément aux critères d'un pays donné, il est soumis à un examen réglementaire intensif.

Dans cet article, nous discuterons de la façon dont la technologie blockchain est sur le point de rationaliser les marchés financiers de longue date avec des tokens financiers.


Qu'est-ce qu'un token financier ?

Un token financier est un token émis sur une blockchain, qui représente un enjeu dans une entreprise ou un actif externe. Ils peuvent être émis par des entités telles que des entreprises ou des gouvernements et servent le même objectif que leurs homologues traditionnels (c'est-à-dire les actions, les obligations, etc.).


Pourquoi utiliser des tokens financiers ?

Pour tirer parti d'un exemple, supposons qu'une société souhaite distribuer des actions aux investisseurs sous forme de tokens. Ces tokens peuvent être conçus pour être assortis de tous les avantages que l'on peut attendre des actions, notamment les droits de vote et les dividendes.

Les avantages de cette approche sont nombreux. Comme pour les cryptomonnaies et les autres formes de tokens, les tokens financiers bénéficient des propriétés de la blockchain sur laquelle ils sont émis. Ces propriétés comprennent la transparence, le règlement rapide, aucun temps d'arrêt et la divisibilité.

Transparence

Sur un registre distribué, l'identité des participants est masquée, mais tout le reste peut être contrôlé. Tout le monde est libre de consulter les smart contracts qui gèrent les tokens ou qui permettent de suivre leur émission et les soldes des propriétaires.

Règlement rapide

Le transfert et le règlement ont longtemps été considérés comme un goulot d'étranglement en ce qui concerne le transfert d'actifs. Alors que les transactions peuvent être effectuées presque instantanément, la réaffectation de la propriété prend souvent du temps. Sur une blockchain, le processus est automatisé et peut être réalisé en quelques minutes.

Disponibilité

Les marchés financiers existants sont quelque peu limités dans leur temps de fonctionnement. Ils sont ouverts pendant des périodes fixes pendant les jours de la semaine et fermés le week-end. Les marchés d'actifs numériques, en revanche, sont actifs 24 heures sur 24, tous les jours de l'année.

Divisibilité

L'art, l'immobilier et d'autres actifs de grande valeur, une fois représentés par des tokens, pourraient être ouverts à des investisseurs qui ne seraient pas en mesure d'investir autrement. Par exemple, nous pourrions avoir une peinture d'une valeur de 5 000 millions de dollars qui pourrait être tokénisée en 5 000 pièces, de sorte que chacune vaudrait 1 000 $. Cela permettrait d'accroître considérablement l'accessibilité, tout en offrant des niveaux de granularité accrus sur les investissements.

Il convient toutefois de noter que certains tokens financiers peuvent avoir une limite de divisibilité. Dans certains cas, si les droits de vote ou de dividende sont conférés comme pour les actions, il peut y avoir une limite de divisibilité des tokens à des fins d'exécution.


Tokens financiers ou utilitaires, quelle est la différence ?

Les tokens financiers et utilitaires présentent de nombreuses similitudes. Techniquement, les deux sont identiques. Ils sont gérés par des smart contracts, peuvent être envoyés à des adresses blockchain, et sont échangés sur des exchanges ou par le biais de transactions de pair à pair.
Là où ils diffèrent, c'est principalement dans leur modèle économique et au niveau des réglementations applicables. Ils peuvent être émis au cours d'offre initiale de pièces (ICO) ou d'offre initiale d'exchange (IEO), de sorte que les start-ups ou les projets établis puissent financer le développement de leurs écosystèmes.

En apportant des fonds, les utilisateurs reçoivent ces tokens numériques, qui leur permettent de participer (immédiatement ou à l'avenir) au réseau du projet. Ils peuvent conférer des droits de vote à leur détenteur, ou servir de monnaie spécifique au protocole pour accéder à des produits ou services.

Les tokens utilitaires n'ont pas de valeur intrinsèque. Si un projet est en pleine croissance, les investisseurs n'ont pas droit à une partie des bénéfices, comme cela serait le cas pour certains titres traditionnels. Nous pourrions comparer le rôle des tokens aux points de fidélité. Ils peuvent être utilisés pour acheter des biens (ou peuvent être vendus), mais ils n'offrent aucune participation dans l'entreprise qui les distribue.

Par conséquent, leurs valeurs sont souvent motivées par la spéculation. Beaucoup d'investisseurs achèteront des tokens dans l'espoir qu'ils s'apprécient au fur et à mesure que l'écosystème se développe. En cas d'échec du projet, les détenteurs ne sont guère protégés.

Les tokens financiers sont émis de manière similaire aux tokens utilitaires, bien que l'événement de distribution soit appelé offre de token financier (STO). Cependant, du point de vue de l'investissement, les deux types de tokens représentent des instruments très différents.

Même s'ils sont émis sur une blockchain, les tokens financiers sont toujours des titres. En tant que tels, ils sont fortement réglementés afin de protéger les investisseurs et d'éviter les fraudes. À cet égard, une STO est beaucoup plus proche d'une IPO que d'une ICO.

En général, lorsque les investisseurs achètent un token financier, ils achètent des actions, des obligations ou des produits dérivés. Leurs tokens servent effectivement de contrats d'investissement et garantissent les droits de propriété sur les actifs hors chaîne.


Qu'est-ce qui fait d'un token un titre financier ?

Actuellement, l'industrie de la blockchain manque de clarté sur le plan juridique. Les régulateurs du monde entier tentent encore de s'adapter une vague de nouvelles technologies financières. Il est arrivé que des émetteurs croient émettre des tokens utilitaires, qui ont ensuite été considérés comme des valeurs mobilières par la Securities and Exchange Commission (SEC).

L'indicateur le plus célèbre pour tenter de déterminer si une transaction correspond à un « contrat d'investissement » est probablement le test Howey. En bref, il s'agit de déterminer si un particulier qui investit dans une entreprise s'attend à tirer profit des efforts du promoteur (ou d'un tiers).

Le test a été produit par les tribunaux américains bien avant l'avènement de la technologie blockchain. Il est donc difficile de l'appliquer à la myriade de nouveaux tokens. Cela dit, il reste un outil populaire pour les régulateurs qui tentent de classer les actifs numériques.

Chaque juridiction, bien sûr, adoptera un cadre différent, mais beaucoup suivent une logique similaire.


Tokens financiers et finance programmable

Compte tenu de la taille des marchés actuels, la tokenisation pourrait transformer radicalement le domaine financier traditionnel. Les investisseurs et les institutions du secteur bénéficieraient énormément d'une approche entièrement numérique des instruments financiers.

Au fil des ans, un écosystème de bases de données centralisées a engendré beaucoup de frictions. Les institutions doivent consacrer des ressources aux processus administratifs pour gérer les données externes qui sont incompatibles avec leurs propres systèmes. L'absence de normalisation à l'échelle du secteur ajoute des coûts aux entreprises et retarde considérablement les règlements.

Une blockchain est une base de données partagée avec laquelle tout utilisateur ou entreprise peut facilement interagir. Les fonctions auparavant gérées par les serveurs des institutions pouvaient désormais être externalisées à une base distribuée utilisée par le reste du secteur. Grâce à la tokenisation des titres, nous pouvons les brancher sur un réseau interopérable permettant des délais de règlement rapides et une compatibilité mondiale.

À partir de là, l'automatisation peut prendre en charge des processus autrement chronophages. Par exemple, la conformité KYC/AML, le verrouillage des investissements pour une durée déterminée, et bien d'autres fonctions peuvent être gérées par un code exécuté sur la blockchain.
Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, consultez le site Comment la technologie Blockchain va impacter l'industrie bancaire.


Pour conclure

Les tokens financiers semblent être une évolution logique pour le secteur financier. Malgré leur utilisation de la technologie blockchain, ils sont beaucoup plus proches des titres traditionnels que les cryptomonnaies ou même d'autres tokens.
Il reste cependant du travail à faire sur le plan réglementaire. Avec des actifs qui peuvent être facilement transférés dans le monde entier, les autorités doivent trouver des moyens de réguler efficacement leur émission et leur flux. Certains spéculent que cela aussi peut être automatisé grâce aux smart contracts qui encodent certaines règles. Des projets comme Ravencoin, Liquid et Polymath facilitent déjà l'émission de tokens financiers.

Si la promesse des tokens financiers se concrétise, les opérations des institutions financières pourraient être considérablement simplifiées. Bientôt, l'utilisation de tokens basés sur la blockchain à la place des instruments traditionnels peut très bien catalyser la fusion des marchés traditionnels et des cryptomonnaies.