Qu'est-ce que le staking ?
Table des matières
Introduction
Qu'est-ce que le Proof of Stake (PoS) ?
Qui a imaginé le Proof of Stake ?
Qu'est-ce que le Delegated Proof of Stake (DPoS) ?
Comment fonctionne le staking ?
Comment les récompenses de staking sont-elles calculées ?
Qu'est-ce qu'un pool de staking ?
Qu'est-ce que le cold staking ?
Comment staker sur Binance
Pour conclure
Qu'est-ce que le staking ?
AccueilArticles
Qu'est-ce que le staking ?

Qu'est-ce que le staking ?

Intermédiaire
Publié(e) Sep 22, 2019Mis à jour Jun 16, 2022
7m

Introduction

Le staking peut être considéré comme une alternative moins gourmande en ressource que le mining. Le staking consiste à détenir des fonds dans un portefeuille crypto pour sécuriser les opérations du réseau d'une blockchain. En d'autres termes, le staking est l'acte de verrouiller des cryptomonnaies pour recevoir des récompenses.

Dans la plupart des cas, vous pourrez staker des coins directement depuis des portefeuilles crypto comme Trust Wallet. De plus, de nombreux échanges proposent des services de staking à leurs utilisateurs. Binance Staking vous permet de gagner très facilement des récompenses – il vous suffit simplement de conserver vos coins sur l'échange. Nous y reviendrons plus tard.

Pour mieux comprendre ce qu'est le staking, vous devez d'abord comprendre le fonctionnement du Proof of Stake (PoS). Le PoS est un mécanisme de consensus permettant aux blockchains de fonctionner de manière moins énergivore, tout en maintenant un bon degré de décentralisation (au moins dans la théorie). Plongeons dans le PoS et voyons son fonctionnement.


Qu'est-ce que le Proof of Stake (PoS) ?

Si vous connaissez le fonctionnement de Bitcoin, vous êtes familier avec le Proof of Work (PoW). Il s'agit du mécanisme permettant de rassembler les transactions en blocs. Ces blocs sont ensuite reliés ensemble pour créer la blockchain. Plus précisément, les miners rivalisent pour résoudre une équation mathématique. Le miner trouvant la bonne réponse obtient le droit d'ajouter le prochain bloc à la blockchain.

Le Proof of Work a fait ses preuves en tant que mécanisme robuste pour faciliter le consensus d'une organisation décentralisée. Le problème est que celui-ci implique beaucoup de calculs. L'équation que les miners tentent de résoudre en premier ne sert qu'à sécuriser le réseau. Certains diront que cela rend justifiable les nombreux calculs. À ce stade, vous vous demandez peut-être s'il existe déjà d'autres méthodes pour assurer un consensus décentralisé sans nombreux calculs ?
C'est là qu'entre en jeu le Proof of Stake. L'idée principale est que les participants doivent verrouiller leurs monnaies (leur « stake ») pour qu'à intervalle régulier, le protocole leur attribue aléatoirement le droit de valider le bloc suivant. Évidemment, la probabilité d'être choisi est souvent en corrélation avec le nombre de coins – plus un participe verrouille de coins, plus ses chances sont importantes.


Ainsi, ce qui détermine si un participant peut créer un bloc n'est pas lié à sa capacité à résoudre les défis de hachages comme dans le Proof of Work. À la place, il est déterminé par le nombre de coins stakés détenus.

Certains diront que la création de blocs via le staking permet une très grande scalabilité des blockchains. C'est l'une des raisons pour lesquelles il est prévu que le réseau Ethereum migre du PoW au PoS grâce à plusieurs mises à niveau collectivement appelées ETH 2.0.


Qui a imaginé le Proof of Stake ?

L'apparition du Proof of Stake est souvent attribuée à Sunny King et Scott Nadal dans leur papier de 2012 pour le Peercoin. Ceux-ci le décrivent comme un « design de cryptomonnaie peer-to-peer dérivé du Bitcoin de Satoshi Nakamoto ».
Le réseau Peercoin a été lancé avec un mécanisme hybride PoW/PoS où le PoW était principalement utilisé pour miner l'offre initiale. Cependant, il n'était pas nécessaire pour la durabilité du réseau et son utilisation a été progressivement réduite. En fait, la plupart de la sécurité du réseau reposait sur le PoS.


Qu'est-ce que le Delegated Proof of Stake (DPoS) ?

Une autre version de ce mécanisme a été développée en 2014 par Daniel Larimer : le Delegated Proof of Stake (DPoS). Le DPoS a d'abord été utilisé dans la blockchain Bitshares avant d'être adopté par d'autres réseaux. Steem et EOS, qui ont également été créés par Larimer par exemple.

Le DPoS permet aux utilisateurs de mettre en jeu leur solde de coins pour pouvoir voter. Le pouvoir du vote est proportionnel au nombre de coins détenues. Ces votes sont ensuite utilisés pour élire un certains nombre de délégués qui gèrent la blockchain au nom des votants, assurant ainsi la sécurité et le consensus. En général, les récompenses de staking sont distribués aux délégués élus, qui redistribuent ensuite une partie des récompenses à leurs électeurs proportionnellement à leur contribution.

Le modèle DPoS permet d'obtenir un consensus avec un nombre inférieur de nœuds. Ainsi, celui-ci tend à améliorer les performances du réseau. D'un autre côté, cela peut entraîner une perte de décentralisation, le réseau s'appuyant sur un petit groupe de nœuds pour valider les transactions. Ces nœuds de validation gèrent les opérations et la gouvernance de la blockchain. Ils participent aux processus pour atteindre un consensus et définissent les paramètres clés de la gouvernance

En quelques mots, le DPoS permet aux utilisateurs de montrer leur influence par l'intermédiaire d'autres participants du réseau.


Comment fonctionne le staking ?

Comme nous l'avons vu précédemment, les blockchains Proof of Work se basent sur le mining pour ajouter de nouveaux blocs à la blockchain. Les chaînes Proof of Stake elles, produisent et valident de nouveaux blocs grâce au staking. Le staking implique des validateurs qui verrouillent leurs coins afin d'être tirés aléatoirement au sort par le protocole à un intervalle régulier pour créer un bloc. En général, les participants qui stakent des montants plus importants ont plus de chances d'être choisis pour valider le prochain bloc.

Cela permet de produire des blocs sans matériels spécialisés comme des ASIC. Alors que le mining avec des ASIC nécessite un investissement important en matériel, le staking nécessite un investissement direct dans la cryptomonnaie elle-même. Ainsi, au lieu de se disputer le prochain bloc par un travail de calcul, les validateurs PoS sont sélectionnés en fonction du nombre de coins qu'ils stakent. Le « stake » (la détention de coins) est ce qui incite les validateur à maintenir l'intégrité du réseau. S'ils échouent, ceux-ci perdent l'intégralité de leur stake.

Si chaque blockchain Proof of Stake possède sa propre monnaie de staking, certains réseaux adoptent un système à deux coins où les récompenses sont payées avec le second.

D'un point de vue très pratique, staker signifie simplement garder des fonds dans un portefeuille. Cela permet à tout le monde d'effectuer diverses actions pour le réseau contre des récompenses. Il peut également s'agir d'ajouter des fonds à une pool de staking, dont nous parlerons bientôt.


Comment les récompenses de staking sont-elles calculées ?

Il n'existe pas de réponse universelle ici. Chaque réseau blockchain peut utiliser un moyen différent pour calculer les récompenses de staking.

Certaines sont ajustées bloc par bloc en tenant compte de nombreux facteurs. Ceux-ci incluent :

  • le nombre de coins que le validateur stake 
  • le temps depuis lequel le validateur stake
  • le nombre de tokens stakés sur le réseau 
  • le taux d'inflation
  • d'autres facteurs

Pour certains réseaux, les récompenses de staking sont déterminées via un pourcentage fixe. Ces récompenses sont distribuées aux validateurs pour compenser l'inflation. L'inflation encourage les utilisateurs à dépenser leurs coins au lieu de les conserver, ce qui peut augmenter leur utilisation en tant que cryptomonnaie. Avec ce modèle, les validateurs peuvent calculer exactement la récompense qu'ils peuvent espérer.

Un programme de récompense prévisible plutôt qu'une chance probabiliste de recevoir une récompense de bloc peut sembler mieux pour certains. Comme il s'agit d'une information publique, cela pourrait inciter davantage de participants à s'impliquer dans le staking. 


Qu'est-ce qu'un pool de staking ?

Un pool de staking est un groupe de détenteurs du coins qui fusionnent leurs ressources pour augmenter leurs chances de valider des blocs et donc de recevoir des récompenses. Ils combinent leur pouvoir de staking et partagent proportionnellement les récompenses en fonction de leur contribution au pool.

La configuration et la maintenance d'un pool de staking nécessitent souvent beaucoup de temps et d'expertise. Les pools de staking ont tendance à être les plus efficaces sur les réseaux où la barrière d'entrée (technique ou financière) est relativement élevée. Ainsi, de nombreux fournisseurs de pools prélèvent des frais sur les récompenses de staking qui sont distribuées aux participants.

En outre, les pools peuvent offrir une flexibilité supplémentaire aux intervenants individuels. En règle générale, le stake doit être verrouillé pendant une période fixe et possède généralement un délai de retrait ou de dissociation défini par le protocole. De plus, il est presque certain qu'un solde minimum substantiel est requis pour staker afin de décourager les comportements malveillants.

La plupart des pools de staking exigent un solde minimum peu élevé et n'ajoutent aucun délai de retrait supplémentaire. Ainsi, rejoindre une pool de staking plutôt que de staker dans son coin peut être idéal pour les nouveaux utilisateurs.


Qu'est-ce que le cold staking ?

Le cold staking fait référence au processus de staking sur un portefeuille n'étant pas relié à Internet. Cela peut être fait à l'aide d'un portefeuille matériel, mais il est également possible d'utiliser un portefeuille logiciel airgap.

Les réseaux qui prennent en charge le cold staking permettent aux utilisateurs de staker tout en maintenant leurs fonds hors ligne de façon sécurisée. Il est important de noter que si les parties prenantes quittent l'espace de cold staking, elles ne recevront plus de récompenses.

Le cold staking est particulièrement utile pour les grandes parties prenantes qui souhaitent assurer une protection maximale de leurs fonds tout en aidant le réseau.


Vous souhaitez vous lancer dans les cryptomonnaies ? Achetez du Bitcoin sur Binance !


Comment staker sur Binance

D'une manière, vous pouvez détenir vos coins sur Binance pour les ajouter à une pool à staking. Il n'y a pas de frais, vous pouvez également profiter de tous les autres avantages que la détention de vos coins sur Binance apporte !

La seule chose que vous devez faire est de conserver vos coins PoS sur Binance. Nous prendrons en charge toutes les exigences techniques. Les récompenses de staking sont généralement distribuées au début de chaque mois. 

Vous pouvez vérifier les récompenses distribuées précédemment pour un coin précis sous l'onglet Rendement historique de chaque page de staking du projet.


Pour conclure

Le Proof of Stake et le staking ouvrent davantage de possibilités à quiconque souhaite participer au consensus et à la gouvernance des blockchains. De plus, il s'agit d'un moyen extrêmement facile d'obtenir un revenu passif en détenant simplement des coins. Plus il devient facile de staker, plus les barrières à l'entrée de l'écosystème blockchain sont faibles.

Il convient toutefois de garder à l'esprit que le staking n'est pas entièrement sans risque. Le verrouillage des fonds dans des smart contracts expose à des bugs, il est donc toujours important de FVPR et d'utiliser des portefeuilles de haute qualité, tels que Trust Wallet. 

N'oubliez pas de consulter notre page de staking pour voir quels pièces sont prises en charge pour le staking et pour commencez à gagner des récompenses dès aujourd'hui !