Quelle est le lien entre la blockchain et Web3 ?
Table des matières
Introduction
En quoi le Web3 est-il différent du Web2 ?
Comment la blockchain et la crypto s’intègrent-elles dans la philosophie Web3 ?
La blockchain et la crypto sont-elles essentielles au Web3 ?
À quoi ressemblera le Web3 avec les cryptomonnaies et la blockchain ?
Pour conclure
Quelle est le lien entre la blockchain et Web3 ?
Accueil
Articles
Quelle est le lien entre la blockchain et Web3 ?

Quelle est le lien entre la blockchain et Web3 ?

Débutant
Publié(e) Oct 24, 2022Mis à jour Nov 29, 2022
6m

Résumé

Internet est passé du Web 1.0 « en lecture seule » à l'état actuel du Web 2.0, qui est souvent décrit comme participatif et axé sur les réseaux sociaux. Nous sommes témoin de l'évolution d'Internet vers le Web 3.0, souvent appelé Web3 dans l'espace crypto. Le Web3 promet de permettre aux gens de posséder des choses numériquement, d’effectuer facilement des transactions en ligne et d’avoir plus de contrôle sur leurs données personnelles. Les écosystèmes blockchain et crypto ont déjà des produits fonctionnels pour le Web3. Par exemple, les utilisateurs peuvent effectuer des paiements pair-à-pair et collectionner des objets numériques avec des portefeuilles crypto. De nombreux projets basés sur la blockchain sont décentralisés par conception et permettent à quiconque de les utiliser.

Introduction

Les actifs numériques peuvent faire partie intégrante du Web3 : un nouvel Internet qui devrait remédier aux lacunes du Web actuel, tels que la concentration de pouvoir au niveau des données personnelles de quelques plateformes sociales centralisées et l'exploitation des données utilisateurs. La nature décentralisée et sans permission des blockchains contribue à distribuer le pouvoir de communication plutôt que de l’accorder aux autorités centrales.

Alors que les actifs numériques apportent des paiements numériques natifs au Web3, ils peuvent également fonctionner comme des tokens programmés pour jouer un divers rôles dans les systèmes économiques numériques. La blockchain et la crypto pourraient également rendre le Web3 plus centré sur la communauté grâce à des organisations autonomes décentralisées (DAO). 

En quoi le Web3 est-il différent du Web2 ?

Les principales étapes de l’évolution d’Internet sont souvent surnommées Web1, Web2 et Web3. À l’ère du Web1, les utilisateurs ne pouvaient pas modifier les données en ligne ou télécharger leur propre contenu sur les sites Web avec lesquels ils interagissent. Internet était alors constitué de pages HTML statiques qui permettaient des expériences simples et unidirectionnelles, telles que la lecture de forums d'informations.

Le Web2 permet la consommation de contenu et une interaction simple. Ensuite, le Web2 a progressivement évolué vers un Internet plus interactif où les utilisateurs étaient plus impliqués dans la génération de leur propre contenu. Étant donné que ces modes d’interaction en ligne étaient principalement facilités par les plateformes de médias sociaux, le Web2 a occasionné l'émergence d'un monopole dominé par les géants de la tech.

L’écosystème Web2 actuel change à mesure que de plus en plus de ses problèmes sont mis en lumière. Par exemple, les internautes sont devenus plus préoccupés par le suivi et la propriété des données, ainsi que par les questions de censure.

Le pouvoir des entreprises centralisées est devenu particulièrement visible lorsqu'elles ont commencé à l'utiliser pour bannir des utilisateurs et des organisations spécifiques de leurs plateformes. Les entreprises du Web2 utilisent également les données pour maintenir les utilisateurs sur leurs sites Web et créer des publicités ciblées. De telles incitations économiques peuvent conduire ces entreprises à ne pas agir dans le meilleur intérêt des utilisateurs.

La vision du Web3 est celle de la prochaine étape vers un Internet meilleur. Ses principales promesses consistent notamment à rendre les plateformes en ligne décentralisées, sans confiance et sans permission. Il pourrait également apporter la propriété numérique, les paiements numériques natifs et la résistance à la censure comme nouvelle norme des produits et services Web.

La blockchain et les cryptomonnaies sont parfaitement positionnées pour devenir des technologies essentielles du Web3, car elles sont intrinsèquement décentralisées, permettant à quiconque d'enregistrer des informations sur la chaîne, de tokeniser des actifs et de créer des identités numériques. 

Comment la blockchain et la crypto s’intègrent-elles dans la philosophie Web3 ?

Décentralisation. Comme indiqué ci-dessus, l’un des problèmes centraux du Web2 est la concentration du pouvoir et des données entre les mains de quelques acteurs majeurs. La blockchain et les cryptomonnaies peuvent décentraliser le Web3 en facilitant une distribution plus large des informations et du pouvoir. Le Web3 pourrait utiliser des registres distribués publics alimentés par la blockchain pour permettre une plus grande transparence et une meilleure décentralisation.

Sans permission : les projets basés sur la blockchain remplacent les systèmes propriétaires des entreprises traditionnelles par un code ouvertement disponible. La nature sans autorisation des applications développées sur la blockchain permet à quiconque dans le monde entier d'accéder et d'interagir avec elles sans restriction.

Sans confiance : la blockchain et la crypto éliminent le besoin de faire confiance à un tiers, tel qu’une banque ou un intermédiaire individuel. Les utilisateurs du Web3 peuvent effectuer des transactions sans avoir à faire confiance à n'importe quelle entité, mais seulement au réseau lui-même. 

Canaux de paiement : les cryptomonnaies pourraient servir d’infrastructure de paiement numérique native au Web3. Les actifs numériques peuvent potentiellement améliorer l’infrastructure de paiement coûteuse et encombrante du Web2, car ils sont vraiment sans frontières et ne nécessitent pas d’intermédiaires.

Propriété : la cryptomonnaie propose déjà des outils tels que les portefeuilles crypto, qui permettent aux utilisateurs de stocker leurs fonds sans intermédiaire. Les utilisateurs peuvent également connecter des portefeuilles à des applications décentralisées pour utiliser leurs fonds de diverses manières ou présenter leurs articles numériques. Tout le monde peut vérifier la propriété de ces fonds et de ces éléments à l'aide d'un registre public transparent.

Résistance à la censure : les blockchains sont conçues pour résister à la censure, ce qui signifie qu’aucune partie ne peut modifier unilatéralement l'historique des transactions. Une fois qu'une information a été ajoutée à la blockchain, il est presque impossible de la supprimer. Cette fonctionnalité pourrait aider à préserver toutes sortes de discours de la censure du gouvernement et des entreprises.

La blockchain et la crypto sont-elles essentielles au Web3 ?

Le Web3 pourrait bien s’appuyer sur des technologies qui ne sont pas liées à la blockchain ou à la cryptomonnaie. Par exemple, les technologies telles que la réalité augmentée (RA), la réalité virtuelle (RV), l'Internet des objets (IoT) et le métavers peuvent également devenir essentielles à la nouvelle ère d'Internet. Alors que la blockchain pourrait fonctionner davantage du côté de l’infrastructure du Web3, ces technologies et solutions pourraient aider à rendre Internet plus immersif et connecté au monde réel.

L'IoT pourrait connecter divers appareils via Internet, tandis que la réalité augmentée pourrait intégrer des éléments visuels numériques dans le monde réel, et la RV pourrait construire des environnements générés par des ordinateurs remplis par des éléments représentés comme des actifs numériques. Enfin, la scalabilité et le regroupement de ces technologies pourraient faire d'un métavers unifié la réalité du Web3.

Les cryptomonnaies pourraient fournir des canaux de paiement natifs du numérique et bien plus encore. Les tokens utilitaires peuvent débloquer un univers de cas d'utilisation essentiels pour le Web3. De plus, les tokens non fongibles (NFT) peuvent aider à vérifier l'identité et la propriété dans le domaine numérique d'une manière qui ne compromet pas le contrôle des données personnelles des utilisateurs.

À quoi ressemblera le Web3 avec les cryptomonnaies et la blockchain ?

La technologie Blockchain peut devenir l’un des fondements du Web3, mais les utilisateurs pourraient même ne pas le remarquer. Si les applications construites sur les blockchains sont conviviales et intuitives, les gens ne penseront pas à l’infrastructure sous-jacente, tout comme nous considérons rarement les serveurs de données et les protocoles Internet qui sont à la base des plateformes de médias sociaux que nous utilisons quotidiennement.

Les NFT pourraient permettre aux utilisateurs d’afficher des objets de collection numériques à d’autres utilisateurs et aider à créer et à maintenir leurs identités numériques uniques. Ils pourraient également servir à d’autres fins fonctionnelles, telles que le soutien de nombreux processus clés dans les jeux en ligne.

La blockchain et la crypto peuvent transformer la façon dont les utilisateurs de Web3 coordonnent et appliquent l’action collective par le biais d’organisations autonomes décentralisées (DAO). Les DAO permettent aux gens de s’organiser autour d’un intérêt commun sans autorité décisionnelle centrale. Au lieu de cela, les détenteurs de tokens votent pour déterminer le meilleur cours d'action ensemble. De plus, toute l’activité et les votes sont visibles sur une blockchain. Par conséquent, les DAO peuvent conduire le Web3 à être plus décentralisé, transparent et centré sur la communauté. 

Pour conclure

Le Web3 peut résoudre les grands problèmes de l’Internet d’aujourd’hui et minimiser le pouvoir des géants de la technologie. Cependant, il s’agit encore en grande partie d’une vision utopique, plutôt que d’une réalité tangible. Néanmoins, les technologies qui sous-tendent probablement la prochaine itération du Web sont déjà en cours de développement.

La blockchain et les cryptomonnaies sont souvent considérées comme l'une des technologies les plus d'être cruciales dans la révolution Web3, car elles sont conçues pour faciliter les interactions décentralisées, sans autorisation et sans confiance. En outre, la technologie blockchain et les actifs numériques ne rivalisent pas avec d’autres composants clés du Web, tels que la RA, la RV et l’Internet des objets, car ils sont susceptibles de fournir les solutions les plus prometteuses lorsqu’ils sont combinés les uns aux autres.