Web2 vs. Web3 : Lequel est mieux ?
Table des matières
Introduction
Une brève histoire du Web
Qu'est-ce que le Web3 ?
Avantages potentiels du Web3
Pour conclure
Web2 vs. Web3 : Lequel est mieux ?
Accueil
Articles
Web2 vs. Web3 : Lequel est mieux ?

Web2 vs. Web3 : Lequel est mieux ?

Intermédiaire
Publié(e) Sep 20, 2022Mis à jour Dec 23, 2022
6m

Résumé

Alors que la version actuelle d'Internet, le Web2, est utilisée par des millions de personnes, elle n'est pas sans ses défauts. Les problèmes liés à la propriété des données, à la censure et à la sécurité continuent de peser sur Internet, stimulant la conceptualisation d’une nouvelle version améliorée appelée Web3. Ce futur Internet cherche à inclure des technologies telles que la blockchain, l'intelligence artificielle (IA) et la réalité augmentée (RA). À son cœur, un Web3 idéal doit offrir des avantages tels que la propriété des données et la confidentialité. Web3 est présenté comme une version améliorée du Web2, mais qu’est-ce que c’est exactement, et est-ce mieux ?

Introduction

Le World Wide Web, également connu simplement sous le nom d’Internet ou de Web, a radicalement changé depuis son introduction dans le monde sous le nom de Web1. À mesure que les technologies s’améliorent et que les demandes des utilisateurs évoluent, il n’est pas surprenant que le Web se soit transformé en conséquence. 

Le Web1 permet la consommation de contenu et une interaction simple. Le Web2, partiellement façonné par l’explosion des smartphones et de l’accès à l’Internet mobile, a permis aux utilisateurs de consommer et de créer leur propre contenu. Désormais, un nouveau concept d'un futur Web connu sous le nom de Web3 est apparu. Cette dernière itération d'Internet devrait permettre aux utilisateurs non seulement de consommer et de créer du contenu et des données, mais aussi de les posséder. 

Une brève histoire du Web

Bien que le Web ait connu de nombreuses modifications au fil des ans, ses deux principales phases peuvent être catégorisées en Web1 et Web2.

Web1

Le Web1, également appelé Web 1.0, est l'Internet d'origine. Il était composé de pages de code HTML statique (langage de programmation Web de l'époque) qui affichaient des informations en ligne. Le Web1 s'est exécuté sur une infrastructure entièrement décentralisée : n'importe qui pouvait héberger un serveur, créer des applications et publier des informations sur Internet sans qu'un contrôleur d'accès ne les censure. Les utilisateurs du Web1 pouvaient rechercher des informations sur le réseau via des navigateurs Web. 

Inconvénients du Web1

Malheureusement, il n’y avait aucun moyen pour les gens de modifier de l'information et il y avait peu d’occasions d’interaction avec d'autres utilisateurs. Les utilisateurs ne pouvaient communiquer que par le biais de messages et de forums de tchat basiques. Par conséquent, les utilisateurs ont interagi avec le Web1 principalement en tant qu'observateurs, et non en tant que participants.

Web2

Contrairement au Web1, l’itération actuelle d’Internet est centralisée, axée sur la création de contenu et largement monopolisée par de grandes entreprises technologiques prospères.

À la fin des années 1990, les bases de données, le traitement côté serveur, les formulaires et les médias sociaux ont collectivement formé un Internet plus interactif connu sous le nom de Web2 ou Web2.0. Il s'agit de la version actuelle d'Internet, qui est un terrain de jeu pour la création de contenu. Que vous soyez un écrivain, un photographe ou un influenceur en herbe, vous pouvez facilement créer et présenter votre travail au monde du Web2. 

Les fournisseurs de services tels que WordPress et Tumblr offrent aux gens une plateforme pour créer du contenu, tandis que les entreprises de médias sociaux comme Facebook et Twitter permettent aux gens de se connecter et de communiquer avec n’importe qui n’importe où dans le monde. De plus, l’accès à l’Internet mobile et la popularisation des smartphones permettent à quiconque de consommer facilement du contenu.

Les entreprises centrées sur le Web ont profité des avantages de cette révolution Internet. Outre les profits, les entreprises ont également construit une grande base de données d’utilisateurs. Les grandes entreprises comme Google et Facebook ont acheté des entreprises plus petites, accumulant un réseau mondial central d’utilisateurs et de leurs données.

Inconvénients du Web2

Depuis l'avènement du Web2, les grandes entreprises Internet ont réalisé qu'elles pouvaient exploiter les données des utilisateurs pour les conserver dans leurs écosystèmes respectifs. En produisant des publicités ciblées pour les consommateurs ou en empêchant la communication entre différentes plateformes, les utilisateurs sont souvent enclins à continuer à utiliser leurs services. 

Ces dernières années, des questions éthiques telles que la censure, le suivi des données et la propriété des données ont attiré l’attention de nombreux internautes. Ironiquement, les données des utilisateurs semblent appartenir aux entreprises du Web2 plutôt qu’aux utilisateurs eux-mêmes. Nous avons vu des cas de contrôle injuste des données, où les utilisateurs avaient fermé leur compte après avoir enfreint de manière inconnue les règles de communauté internes de la plateforme. Dans les années 2010, les nouvelles de l’incapacité de Facebook à protéger les données de ses utilisateurs ont déclenché l’indignation mondiale face aux données personnelles collectées sans le consentement des utilisateurs. 

Pour résoudre ces problèmes, certains ont proposé une solution combinant les avantages du Web1 et du Web2 : la décentralisation et la participation des utilisateurs. Bien qu'ils ne soient pas définitifs, les concepts fondamentaux de cette version d'Internet, appelés Web3, ont en grande partie été définis.

Qu'est-ce que le Web3 ?

Si nous étudions les problèmes actuels du Web2, le Web3 est la prochaine étape logique pour améliorer Internet pour les utilisateurs. En tirant parti des technologies pair-à-pair (P2P) telles que la blockchain, la réalité virtuelle (RV), l’Internet des objets (IoT) et les logiciels open source, le Web3 vise à diluer le pouvoir détenu par les grandes entreprises Web2. Avec la décentralisation, les utilisateurs pourrons, espérons-le, reprendre le contrôle de leur contenu et la propriété de leurs données. 

Principales caractéristiques du Web 3.0

Décentralisé : Comme il est censé s’attaquer à la racine du problème Web2, c’est-à-dire la centralisation, la décentralisation est naturellement un facteur de succès clé du Web3. En plus de contrôler les données aux utilisateurs, les entreprises doivent payer pour accéder à leurs données. La décentralisation rendrait les paiements natifs en cryptomonnaies accessibles à tous et éliminerait le besoin d'intermédiaires coûteux dans l'infrastructure de paiement traditionnelle du Web2.

Sans autorisation : au lieu de n'avoir que quelques grandes entités qui contrôlent la participation ou interdisent la communication inter-plateforme, n'importe qui peut interagir librement avec d'autres personnes sur le Web3.

Sans confiance : le réseau Web3 permet aux utilisateurs de participer sans faire confiance à quoi que ce soit d'autre que le réseau lui-même. 

Ces idéaux seront en grande partie pris en charge par la blockchain et la crypto. 

Avantages potentiels du Web3

Sécurité accrue des données

Les données détenues par les géants de la technologie dans des bases de données centralisées sont vulnérables, car les pirates informatiques n’auraient besoin d’accéder qu’à un seul système pour compromettre les données des utilisateurs. Avec des solutions décentralisées pour stocker et gérer les données, les informations privées peuvent être conservées de manière plus sécurisée.

Propriété réelle des données

L’un des objectifs du Web3 étant la propriété des données, les utilisateurs pourront reprendre le contrôle de leurs données et même les monétiser s’ils le souhaitent.

Contrôler la vérité

Sans pouvoir central, les utilisateurs ne seront pas soumis à une censure injuste. Sans la puissance de censure ou la capacité d'effacer du contenu spécifique, il sera beaucoup plus difficile pour les grandes entreprises de contrôler le récit de tout discours.

D'autres avantages potentiels rendent le Web3 supérieur à ses prédécesseurs.

Liberté financière

Le Web3 responsabilisera les utilisateurs en leur permettant de consommer, de créer et de posséder leur contenu et leurs données. Et comme le Web3 repose sur la technologie blockchain, les utilisateurs pourront facilement accéder aux écosystèmes facilitant la finance décentralisée (DeFi) et d'autres outils permettant d'atteindre la liberté financière. 

Interactions sociales améliorées

Comme ses prédécesseurs, le Web3 continuera d'incorporer des technologies qui émergent après la technologie blockchain. Par exemple, la réalité virtuelle (RV), la réalité augmentée (RA) et l’intelligence artificielle (IA) pourraient ajouter des éléments numériques aux applications Web3 pour améliorer les interactions sociales en ligne.

Nous en voyons déjà un exemple prenant la forme du métavers, un univers virtuel 3D que les utilisateurs peuvent explorer à l’aide d’avatars. Grâce à des espaces immersifs comme le métavers, les utilisateurs peuvent socialiser en ligne, acheter des terrains virtuels, jouer à des jeux et même travailler à distance.

Pour conclure

Le Web2 versus Web3 peut être considéré comme une variante du débat historique du mode centralisé versus décentralisé. Puisque le Web3 n'a pas encore été matérialisé, sa supériorité présumée au Web2 est ouverte au débat. Cependant, avec son infrastructure décentralisée, le Web3 pourrait potentiellement s’attaquer aux scandales liés aux données que nous avons vus avec le Web2 en rendant le contrôle aux utilisateurs.