Qu'est ce que le Quantitative Easing (QE) ?
Accueil
Articles
Qu'est ce que le Quantitative Easing (QE) ?

Qu'est ce que le Quantitative Easing (QE) ?

Intermédiaire
Publié le Feb 18, 2019Mis à jour le May 29, 2024
5m

L'assouplissement quantitatif (QE) se dĂ©fini de maniĂšres diffĂ©rentes et controversĂ©es. Mais fondamentalement, il s’agit d’une opĂ©ration de marchĂ© (effectuĂ©e par les banques centrales) qui augmente la liquiditĂ© et l’inflation, dans le but prĂ©sumĂ© de stimuler l’économie d’un pays, en encourageant les entreprises et les consommateurs Ă  emprunter et Ă  dĂ©penser davantage.


Comment ça marche?

Habituellement, l'opération est réalisée par une banque centrale qui injecte de l'argent dans l'économie en achetant des titres (tels que des actions, des obligations et des actifs de trésorerie) auprÚs du gouvernement ou de banques commerciales.

Les banques centrales ajoutent aux fonds de rĂ©serve de ces banques membres (qui sont dĂ©tenus conformĂ©ment au systĂšme bancaire de rĂ©serve fractionnaire) par le biais de l’extension de nouveaux crĂ©dits. Parce que le nouveau crĂ©dit n'est pas adossĂ© Ă  une marchandise ou Ă  quelque chose ayant une valeur physique, le QE crĂ©e essentiellement de l'argent Ă  partir de rien d’existant.

Par consĂ©quent, l'objectif du QE est d'augmenter la masse monĂ©taire, en la rendant plus accessible afin de stimuler l'activitĂ© Ă©conomique et la croissance. L'idĂ©e est de maintenir les taux d'intĂ©rĂȘt bas, de stimuler les prĂȘts aux entreprises et aux consommateurs et de renforcer la confiance dans l'Ă©conomie en gĂ©nĂ©ral. En pratique, cependant, le QE ne fonctionne pas toujours et c’est en fait une approche trĂšs controversĂ©e, ayant ses dĂ©fenseurs et ses dĂ©tracteurs.

Le QE est une politique monétaire relativement récente et expansive. Certains chercheurs pensent que sa premiÚre utilisation dans le monde réel remonte (probablement) à la fin des années 1990 par la banque centrale japonaise (Bank of Japan). Cela est discutable car de nombreux économistes se demandent si les pratiques monétaires japonaises à cette époque étaient réellement qualifiables de QE. Depuis lors, plusieurs autres pays ont mis en place des pratiques d'assouplissement quantitatif afin de minimiser leurs difficultés économiques.


Qu'est-ce qui a motivé l'utilisation du Quantitative Easing?

Le QE a Ă©tĂ© conçu pour rĂ©soudre les problĂšmes qui se posaient lorsque les pratiques bancaires modernes classiques ne parvenaient pas Ă  empĂȘcher une rĂ©cession. Le principal objectif du QE est d’accroĂźtre l’inflation (afin d’éviter la dĂ©flation) - et les ajustements des taux d’intĂ©rĂȘt sont l’un des principaux outils que les banques centrales utilisent pour maĂźtriser le taux d’inflation. En cas de ralentissement de l’emprunt et de l’activitĂ© financiĂšre, la banque centrale d’un pays peut abaisser son taux afin de faciliter l’octroi de prĂȘts par les banques. En revanche, lorsque les choses se trouvent un peu trop  - avec des dĂ©penses et des crĂ©dits atteignant des niveaux risquĂ©s - un taux d’intĂ©rĂȘt plus Ă©levĂ© peut constituer une sorte de barriĂšre.


L'assouplissement quantitatif est-il efficace?

Peu de temps aprÚs la fin de la crise financiÚre de 2008, le Fonds monétaire international (FMI) a publié une note selon laquelle le QE était considéré comme une politique monétaire non conventionnelle efficace. L'analyse a concerné cinq grandes banques centrales: la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne, la Banque d'Angleterre, la Banque du Canada et la Banque du Japon.

Chaque institution a dĂ©ployĂ© une stratĂ©gie unique, mais la plupart d’entre elles ont considĂ©rablement augmentĂ© la liquiditĂ© globale du marchĂ©. Le rapport affirme que les interventions des banques centrales ont Ă©tĂ© couronnĂ©es de succĂšs et que l'augmentation des liquiditĂ©s Ă©tait importante pour Ă©viter une crise Ă©conomique prolongĂ©e et un effondrement du systĂšme financier.

Cependant, le QE n’est pas toujours efficace et dĂ©pend fortement du contexte et de la stratĂ©gie. Beaucoup d’économies qui ont expĂ©rimentĂ© l’application du QE (ou une approche similaire) n’ont pas constatĂ© les effets souhaitĂ©s. Si cela n’est pas gĂ©rĂ© correctement, le fait d'injecter de l'argent dans l'Ă©conomie et de faire baisser les taux d'intĂ©rĂȘt peut entraĂźner des rĂ©sultats inattendus et indĂ©sirables. Nous Ă©numĂ©rons ci-dessous certains des avantages et des inconvĂ©nients potentiels.


Avantages potentiels et effets positifs

  • Davantage de prĂȘts: en raison de l’augmentation de leurs fonds rĂ©sultant de l’achat d’actifs par la banque centrale, les banques devraient ĂȘtre encouragĂ©es Ă  faire davantage de prĂȘts.
  • Augmentation de l'emprunt: les consommateurs et les entreprises sont plus susceptibles de contracter de nouvelles dettes lorsque les taux d'intĂ©rĂȘt sont bas.
  • Augmentation des dĂ©penses: les consommateurs augmenteront leurs dĂ©penses en raison de tous les nouveaux prĂȘts et emprunts gĂ©nĂ©rant plus d’argent. Avec des taux d'intĂ©rĂȘt plus bas, laisser de l'argent en Ă©pargne n'est pas trĂšs attractif.
  • Croissance de l'emploi: lorsque les entreprises ont accĂšs Ă  davantage de capital par le biais de prĂȘts et vendent davantage en raison d'une augmentation des dĂ©penses de consommation, elles sont encouragĂ©es Ă  se dĂ©velopper et Ă  embaucher davantage d'employĂ©s.


Désavantages potentiels et effets négatifs

De nombreux spĂ©cialistes s'inquiĂštent du fait que le QE ne soit qu'un pansement pour essayer rĂ©soudre des problĂšmes structurels plus importants qui finiront quand mĂȘme par ralentir l'Ă©conomie. Certains inconvĂ©nients potentiels comprennent:

  • Inflation: L'augmentation de la masse monĂ©taire rĂ©sultant du QE crĂ©e naturellement de l'inflation. La concurrence pour les produits va augmenter car il ya plus d’argent en circulation, mais pas d’offre accrue de biens. La demande accrue conduit Ă  des prix plus Ă©levĂ©s. S'ils ne sont pas gĂ©rĂ©s correctement, les taux d'inflation peuvent augmenter rapidement, entraĂźnant une hyperinflation.
  • Pas de prĂȘts forcĂ©s: dans le cadre du programme d'assouplissement quantitatif, les banques commerciales sont censĂ©es utiliser les fonds qu'elles reçoivent de la banque centrale pour proposer davantage de prĂȘts. Mais rien dans le processus ne les oblige Ă  le faire. Par exemple, lorsque le QE a Ă©tĂ© appliquĂ© aux États-Unis aprĂšs la crise financiĂšre de 2008, de nombreuses banques ont conservĂ© leur nouvelle richesse au lieu de la rĂ©partir.
  • Plus d'endettement: Les emprunts Ă  faible taux d'intĂ©rĂȘts peuvent amener les entreprises et les consommateurs Ă  emprunter plus qu'ils ne peuvent se permettre, ce qui peut avoir des consĂ©quences nĂ©gatives pour l'Ă©conomie.
  • Incidences sur d’autres instruments d’investissement: le marchĂ© obligataire rĂ©agit souvent nĂ©gativement Ă  l’instabilitĂ© et aux changements abrupts, qui sont assez frĂ©quents aprĂšs l’application des politiques d’assouplissement quantitatif.


Exemples

Parmi les pays dont les banques centrales ont utilisé l'assouplissement quantitatif, citons:

  • Banque du Japon: 2001-2006 et 2012 (Abenomics).
    Les efforts d'assouplissement quantitatif n'ont pas atténué leurs problÚmes financiers. Le yen japonais s'est affaibli par rapport au dollar américain et le coût des importations a augmenté.
  • Les États-Unis: 2008-2014.
    Les États-Unis ont mis en place trois cycles d’assouplissement quantitatif pour faire face Ă  la crise du logement et Ă  la rĂ©cession qui a suivi. L'Ă©conomie s'est redressĂ©e, mais la question de savoir s'il Ă©tait dĂ» au QE est discutable. Une comparaison avec le Canada, qui n’a pas utilisĂ© les pratiques bancaires du QE, ne rĂ©vĂšle aucune diffĂ©rence remarquable.
  • Banque centrale europĂ©enne: 2015-2018.
    La zone euro a connu des hauts et des bas, avec une inflation stable, un chĂŽmage en baisse et une Ă©conomie forte en 2017, mais elle doit encore faire face Ă  une croissance des salaires en berne et Ă  une hausse des taux d’intĂ©rĂȘt.


DerniÚres pensées

En tant que stratĂ©gie monĂ©taire non conventionnelle, le QE a peut-ĂȘtre aidĂ© certaines Ă©conomies Ă  se redresser, mais il s'agit certainement d'une stratĂ©gie controversĂ©e, et mĂȘme cette derniĂšre conclusion est discutable. La plupart des risques potentiels, tels que l'hyperinflation et l'endettement excessif, ne se sont pas encore matĂ©rialisĂ©s de maniĂšre dĂ©vastatrice, mais certains pays ayant eu recours au QE ont connu une instabilitĂ© monĂ©taire et un impact nĂ©gatif sur d'autres zones Ă©conomiques et marchĂ©s. Les consĂ©quences Ă  long terme ne sont pas suffisamment claires et les effets du QE peuvent ĂȘtre totalement diffĂ©rents selon le contexte.

Partager des publications
S’inscrire pour un compte.
Mettez vos connaissances en pratique en ouvrant un compte Binance dùs aujourd’hui.