Qu'est-ce qu'Ethereum ?
Table des matières
Table des matières
Chapitre 1 - Fondamentaux d'Ethereum
Qu'est-ce qu'Ethereum ?
Quelle est la différence entre Ethereum et l'Ether (ETH) ?
Qu'est-ce qui donne sa valeur à Ethereum ?
Qu'est-ce que la blockchain ?
Ethereum vs. Bitcoin - quelles différences ?
Comment fonctionne Ethereum ?
Qu'est-ce qu'un smart contract ?
Qui a créé Ethereum ?
Comment les ether ont-ils été distribués ?
Que sont « The DAO » et Ethereum Classic ?
Chapitre 2 - D'où vient l'Ether ?
Comment créer de nouveaux Ethers ?
Combien d'Ether y a-t-il ?
Comment fonctionne le minage d'Ethereum ?
Qu'est-ce que le gas d'Ethereum ?
Gas et limites de gas
Combien de temps faut-il pour miner un bloc Ethereum ?
Que sont les tokens Ethereum ?
Chapitre 3 - Débuter avec Ethereum
Comment puis-je acheter de l'ETH ?
Que puis-je acheter avec de l'Ether (ETH) ?
À quoi sert l'Ethereum ?
Que faire si je perds mes ETH ?
Puis-je inverser des transactions sur Ethereum ?
Les transactions Ethereum sont-elles privées ?
Puis-je gagner de l'argent avec Ethereum ?
Comment stocker mes ETH ?
Comment déposer vos ETH sur Binance
Comment stocker vos ETH sur Binance
Comment retirer vos ETH de Binance
Comment stocker vos ETH sur un portefeuille Ethereum
Quels sont le logo et le symbole d'Ethereum ?
Chapitre 4 - Scalabilité, ETH 2.0 et le futur d'Ethereum
Qu'est-ce que la scalabilité ?
Pourquoi Ethereum doit-il être évolutif ?
Le trilemme de la scalabilité de la blockchain
Combien de transactions Ethereum peut-il traiter ?
Qu'est-ce qu'Ethereum 2.0 ?
Qu'est-ce que le sharding Ethereum ?
Qu'est-ce que le Plasma d'Ethereum ?
Que sont les rollups Ethereum ?
Qu'est-ce que la preuve d'enjeu (PoS) Ethereum ?
Qu'est-ce que le staking Ethereum ?
Chapitre 5 - Ethereum et la finance décentralisée (DeFi)
Qu'est-ce que la finance décentralisée (DeFi) ?
À quoi sert la finance décentralisée (DeFi) ?
La Finance décentralisée (DeFi) atteindra-t-elle un jour le grand public ?
Quelles applications de finance décentralisée (DeFi) existe-t-il ?
Exchanges décentralisés (DEX) sur Ethereum
Chapitre 6 - Participer au réseau Ethereum
Qu'est-ce qu'un nœud Ethereum ?
Comment fonctionne un nœud Ethereum ?
Nœuds complets Ethereum
Nœuds légers Ethereum
Nœuds de minage d'Ethereum
Comment opérer un nœud Ethereum
Comment miner sur Ethereum
Qu'est-ce que Ethereum ProgPow ?
Qui développe la partie logicielle d'Ethereum ?
Qu'est-ce que Solidity ?
Qu'est-ce qu'Ethereum ?
AccueilArticles
Qu'est-ce qu'Ethereum ?

Qu'est-ce qu'Ethereum ?

Débutant
Published Mar 18, 2020Updated Oct 20, 2021
40m

Table des matières

  1. Fondamentaux d'Ethereum
  2. D'où vient l'Ether ?
  3. Débuter avec Ethereum
  4. Scalabilité, ETH 2.0 et le futur d'Ethereum
  5. Ethereum et la finance décentralisée (DeFi)
  6. Participer au réseau Ethereum


Chapitre 1 - Fondamentaux d'Ethereum

Table des matières


Qu'est-ce qu'Ethereum ?

Ethereum est une plateforme informatique décentralisée. Vous pouvez le considérer comme un ordinateur, mais qui ne fonctionne pas sur un seul appareil. Au lieu de cela, il fonctionne simultanément sur des milliers de machines dans le monde entier, ce qui signifie qu'il n'a pas de propriétaire.

Ethereum, comme Bitcoin et d'autres cryptomonnaies, vous permet de transférer de l'argent digital. Il permet cependant de faire beaucoup plus, comme déployer votre propre code ou interagir avec des applications créées par d'autres utilisateurs. En raison de sa flexibilité, toutes sortes de programmes sophistiqués peuvent être créés sur Ethereum.

Pour simplifier, l'idée principale derrière Ethereum est que les développeurs peuvent créer et lancer du code qui s'exécute sur un réseau distribué, plutôt que sur un serveur centralisé. Cela signifie qu'en théorie, ces applications ne peuvent pas être fermées ou censurées.


Quelle est la différence entre Ethereum et l'Ether (ETH) ?

Cela peut être contre-intuitif, mais les unités utilisées dans Ethereum ne sont pas appelées Ethereum ou Ethereums. Ethereum désigne le protocole, mais la monnaie qui le fait fonctionner est appelée Ether (ou ETH).


Qu'est-ce qui donne sa valeur à Ethereum ?

Nous avons introduit le fait qu'Ethereum peut exécuter du code sur un système distribué. Par conséquent, les programmes ne peuvent pas être altérés par des tiers. Ils sont ajoutés à la base de données d'Ethereum (c'est-à-dire la blockchain) et peuvent être programmés de sorte que le code ne puisse pas être modifié. En outre, la base de données est visible par tous, de sorte que les utilisateurs peuvent vérifier le code avant d'interagir avec lui.
Cela signifie que n'importe qui, n'importe où, peut lancer des applications qui ne peuvent pas être mises hors ligne. Plus intéressant encore, parce que son unité native – ether – stocke de la valeur, ces applications peuvent définir des conditions sur la façon dont la valeur est transférée. Nous appelons les programmes qui composent ces applications des Smart contracts (Contrats intelligents). Dans la plupart des cas, ils peuvent être configurés pour fonctionner sans intervention humaine.

L'idée d'une « monnaie programmable » a naturellement fasciné les utilisateurs, les développeurs et les entreprises du monde entier.


Consultez le dernier prix d'Ethereum (ETH).


Qu'est-ce que la blockchain ?

La blockchain se trouve au cœur d'Ethereum, c'est la base de données qui contient les informations utilisées par le protocole. Si vous avez lu notre article Qu'est-ce que le bitcoin ?, vous aurez une compréhension de base de la façon dont fonctionne une blockchain. La blockchain Ethereum est similaire à celle de Bitcoin, bien que les données qu'elle stocke, et la manière dont elle les stocke, soient différentes.
Il est utile de considérer la blockchain Ethereum comme un livre auquel vous continuez à ajouter des pages. Chaque page est appelée un bloc et contient des informations sur les transactions. Lorsque nous voulons ajouter une nouvelle page, nous devons inclure une valeur spéciale en haut de la page. Cette valeur doit permettre à quiconque de voir que la nouvelle page a été ajoutée après la page précédente, et pas seulement insérée au hasard dans le livre.
En fait, c'est un peu comme un numéro de page qui fait référence à la page précédente. En regardant la nouvelle page, nous pouvons dire avec certitude qu'elle est postérieure à la précédente. Pour ce faire, nous utilisons un processus appelé hachage.
Le hachage prend une partie des données (dans ce cas, tout ce qui se trouve sur notre page) et renvoie un identifiant unique (notre hash). Les chances que deux données nous donnent le même hash sont astronomiquement faibles. Il s'agit également d'un processus à sens unique : vous pouvez facilement calculer un hachage, mais il vous est pratiquement impossible d'inverser le hachage pour obtenir les informations utilisées pour le créer. Nous verrons pourquoi cela est important pour le minage dans un chapitre ultérieur.

Nous disposons désormais d'un mécanisme permettant de relier nos pages dans le bon ordre. Toute tentative de modification de l'ordre ou de suppression des pages rendra évident que notre livre a été endommagé.

Vous voulez en savoir plus sur les blockchains ? N'oubliez pas de consulter notre guide du débutant sur la technologie blockchain.


Ethereum vs. Bitcoin - quelles différences ?

Bitcoin s'appuie sur la technologie blockchain et des incitations financières pour créer un système mondial de monnaie digitale. Il a introduit quelques innovations clés qui permettent la coordination des utilisateurs dans le monde entier sans entité centralisée. En demandant à chaque participant d'exécuter un programme sur son ordinateur, le Bitcoin a permis aux utilisateurs d'avoir un consensus sur l'état d'avancement d'une base de données financière dans un environnement décentralisé et fiable.
Le Bitcoin est souvent appelé blockchain de première génération. Elle n'a pas été créée comme un système trop complexe, et c'est un atout en matière de sécurité. Elle est intentionnellement flexible pour privilégier la sécurité dans sa couche de base. En effet, le langage de programmation des smart contracts de Bitcoin est extrêmement limité, et il ne convient pas très bien aux applications en dehors des transactions.
La deuxième génération de blockchains, en revanche, est capable de plus. En plus des transactions financières, ces plateformes permettent un plus haut niveau de programmation. Ethereum offre aux développeurs beaucoup plus de liberté pour expérimenter avec leur propre code et créer ce que nous appelons des Applications décentralisées (DApps).

Ethereum a été la première de la vague de blockchains de deuxième génération et reste la plus importante à ce jour. Il présente des similitudes avec le Bitcoin et peut remplir plusieurs des mêmes fonctions. Cependant, sous le capot, les deux sont très différents et chacun a ses avantages par rapport à l'autre.


Comment fonctionne Ethereum ?

Nous pourrions définir Ethereum comme une machine d'état. Cela signifie qu'à tout moment, vous disposez d'un instantané de tous les soldes de comptes et de smart contracts tels qu'ils se présentent actuellement. Certaines actions entraînent la mise à jour de l'état, ce qui signifie que tous les nœuds mettent à jour leur propre instantané pour refléter le changement.

Une modification de l'état d'Ethereum.


Les smart contracts exécutés sur Ethereum sont déclenchés par des transactions (que ce soit par des utilisateurs ou d'autres contrats). Lorsqu'un utilisateur envoie une transaction à un contrat, chaque nœud du réseau exécute le code du contrat et enregistre le résultat. Pour ce faire, il utilise la machine virtuelle Ethereum (EVM), qui convertit les smart contracts en instructions lisibles par un ordinateur.
Pour mettre à jour un état, un mécanisme spécial appelé minage est utilisé (pour l'instant). Le minage s'effectue à l'aide d'un algorithme de preuve de travail, à l'instar du Bitcoin. Nous allons approfondir ce point sous peu.


Qu'est-ce qu'un smart contract ?

Un smart contract n'est que du code. Le code n'est ni intelligent, ni un contrat au sens traditionnel du terme. Mais nous l'appelons intelligent parce qu'il s'exécute sous certaines conditions, et il pourrait être considéré comme un contrat dans la mesure où il fait respecter des accords entre différentes parties.

C'est à l'informaticien Nick Szabo que l'on doit cette idée, qu'il a proposée à la fin des années 1990. Il a utilisé l'exemple d'un distributeur automatique pour expliquer le concept, déclarant qu'il pouvait être considéré comme un précurseur du smart contract moderne. Dans le cas d'un distributeur automatique, un simple contrat est exécuté. Les utilisateurs insèrent des pièces de monnaie, et en retour, la machine distribue un produit de leur choix.

Un smart contract applique ce type de logique dans un cadre digital. Vous pouvez spécifier quelque chose de simple dans le code comme renvoie « Hello, World! » lorsque deux Ethers sont envoyés à ce contrat."


Sur Ethereum, le développeur le coderait de manière à ce que son programme puisse être lu ultérieurement par l'EVM. Ils le publient ensuite en l'envoyant à une adresse spéciale qui enregistre le contrat. À ce moment-là, tout le monde peut l'utiliser. Et le contrat ne peut pas être supprimé, sauf si une condition est spécifiée par le développeur lors de sa rédaction.

Maintenant, le contrat a une adresse. Pour interagir avec lui, il suffit aux utilisateurs d'envoyer 2 ETH à cette adresse. Cela déclenchera le code du contrat : tous les ordinateurs du réseau l'exécuteront, verront que le paiement a été effectué au contrat, et enregistreront la réponse (« Hello, World ! »).

Ce qui précède est peut-être l'un des exemples les plus élémentaires de ce qui peut être réalisé avec Ethereum. Des applications plus sophistiquées qui relient de nombreux contrats peuvent être, et ont déjà été, développées.


Qui a créé Ethereum ?

En 2008, un développeur (ou groupe de développeurs) inconnu a publié le livre blanc Bitcoin sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Cela a définitivement changé le monde de la monnaie digitale. Quelques années plus tard, un jeune programmeur appelé Vitalik Buterin envisageait un moyen d'approfondir cette idée et de l'appliquer à tout type d'application. Le concept a finalement été concrétisé dans Ethereum.
Ethereum a été proposé par Buterin dans un billet de blog de 2013 intitulé Ethereum : L'ultime plateforme de smart contracts et d'applications décentralisées. Dans son article, il a décrit une idée d'une blockchain Turing-complète, c'est à dire un ordinateur décentralisé qui, en obtenant le temps et les ressources nécessaires, pouvait exécuter n'importe quelle application.
Dans le futur, les types d'applications pouvant être déployées sur une blockchain ne seraient limités que par l'imagination des développeurs. Ethereum vise à déterminer si la technologie blockchain possède des applications valides en dehors des limites de conception intentionnelles du Bitcoin.


Comment les ether ont-ils été distribués ?

Ethereum a été lancé en 2015 avec une création initiale de 72 millions d'Ethers. Plus de 50 millions de ces tokens ont été distribués dans le cadre d'une vente publique appelée Initial Coin Offering (ICO), où les personnes souhaitant participer pouvaient acheter des tokens d'Ether en échange de bitcoins ou de monnaie fiat.


Que sont « The DAO » et Ethereum Classic ?

Avec Ethereum, de toutes nouvelles méthodes de collaboration par Internet sont devenues possibles. Les DAO (organisations autonomes décentralisées) par exemple, qui sont des entités régies par du code informatique, similaires à un programme.
L'une des premières et des plus ambitieuses tentatives de mise en place d'une telle organisation était « The DAO ». Il aurait été composé de smart contracts complexes fonctionnant sur Ethereum, et fonctionnant comme un fonds de capital-risque autonome. Les tokens DAO ont été distribués au cours d'une ICO et offraient une participation, ainsi que des droits de vote, aux détenteurs de tokens.

Peu de temps après son lancement, cependant, des acteurs malveillants ont exploité une vulnérabilité et siphonné près d'un tiers des fonds de la DAO. Il faut savoir qu'à l'époque, 14 % de l'offre totale d'Ethers était bloquée dans la DAO. Inutile de dire que cet événement a été dévastateur pour le réseau Ethereum, encore jeune.

Après une délibération, la chaîne a été divisée en deux chaînes par l'intermédiaire d'un hard fork. Dans la première, les transactions malveillantes ont été « inversées » pour restaurer les fonds. Cette chaîne est ce qu'on appelle désormais la blockchain Ethereum. La chaîne originale, où ces transactions n'ont pas été inversées et où l'immuabilité  a été maintenue, est désormais connue sous le nom d'Ethereum Classic.
L'événement a servi de rappel brutal des risques de cette technologie, et de la façon dont le fait de confier à un code autonome de grandes quantités de richesses peut se retourner contre vous. C'est aussi un exemple intéressant de la façon dont la prise de décisions collectives dans un environnement ouvert peut poser des problèmes majeurs. Toutefois, si l'on négligeait ses failles de sécurité, The DAO a parfaitement illustré le potentiel des smart contracts pour permettre une collaboration sans confiance à grande échelle sur Internet.



Chapitre 2 - D'où vient l'Ether ?

Table des matières


Comment créer de nouveaux Ethers ?

Nous avons brièvement évoqué le minage plus tôt. Si vous connaissez bienle Bitcoin, vous savez que le processus de minage fait partie intégrante de la sécurisation et du processus de maintien à jour de la blockchain. Sur Ethereum, le même principe s'applique : pour récompenser les utilisateurs qui minent (ce qui est coûteux), le protocole les récompense avec de l'Ether.


Combien d'Ether y a-t-il ?

En février 2020, la somme totale d'Ether en circulation est d'environ 110 millions.
Contrairement au Bitcoin, l'échéancier d'émission des tokens d'Ethereum n'a pas été défini au lancement. Le Bitcoin s'est efforcé de préserver sa valeur en limitant son offre, et en diminuant lentement la quantité de nouveaux bitcoins qui voient le jour. Ethereum, quant à lui, vise à fournir une base pour les applications décentralisées (DApps). Comme on ne sait pas exactement quel type de programme d'émission de tokens convient le mieux à cet objectif, la question reste ouverte.


Comment fonctionne le minage d'Ethereum ?

Le minage est essentiel à la sécurité du réseau. Il garantit que la blockchain peut être mise à jour de manière équitable et permet au réseau de fonctionner sans décideur unique. Dans le minage, un sous-ensemble de nœuds (appelés mineurs) consacre de la puissance de calcul à la résolution d'un puzzle cryptographique.

Ce qu'ils font, en fait, c'est hacher un ensemble de transactions en attente avec d'autres données. Pour que le bloc soit considéré comme valide, le hachage doit être inférieur à une valeur fixée par le protocole. S'ils n'y parviennent pas, ils peuvent modifier certaines des données et réessayer.

Pour rivaliser avec les autres, les mineurs doivent donc être en mesure de hacher le plus rapidement possible, leur puissance est exprimée en taux de hachage. Plus la capacité de hachage est élevée sur le réseau, plus le puzzle devient difficile à résoudre. Seuls les mineurs doivent trouver la solution réelle : une fois qu'elle est connue, il devient facile pour tous les autres participants de vérifier qu'elle est valide.
Comme vous pouvez l'imaginer, le hachage continu à grande vitesse est coûteux. Pour inciter les mineurs à sécuriser le réseau, ils gagnent une récompense. Elle est constituée de l'ensemble des frais liés aux transactions du bloc. Ils reçoivent également de l'Ether fraîchement généré, 2 ETH au moment où nous écrivons ces lignes.


Qu'est-ce que le gas d'Ethereum ?

Vous vous souvenez de notre contrat Hello, World ! que nous avons précédemment mentionné ? C'était un programme facile à exécuter. Ce n'est pas du tout très coûteux en termes de capacité de calcul. Mais vous ne vous contentez pas de l'exécuter sur votre propre PC, vous demandez également à tous les membres de l'écosystème Ethereum de l'exécuter.
Cela nous amène à la question suivante : Que se passe-t-il lorsque des dizaines de milliers de personnes exécutent des contrats sophistiqués ? Si quelqu'un configure son contrat pour qu'il tourne en boucle avec le même code, chaque nœud devra l'exécuter indéfiniment. Cela mettrait trop de pression sur les ressources et le système s'effondrerait probablement très rapidement.
Heureusement, Ethereum a introduit le concept de gas pour atténuer ce risque. Tout comme votre voiture ne peut pas rouler sans carburant, les contrats ne peuvent pas être exécutés sans gas. Les contrats fixent une quantité de gas que les utilisateurs doivent payer pour qu'ils puissent fonctionner avec succès. S'il n'y a pas assez de gas, le contrat s'arrête.

Il s'agit essentiellement d'un mécanisme de frais. Le même concept s'applique aux transactions : les mineurs sont principalement motivés par le profit, ils peuvent donc ignorer les transactions dont les frais sont moins élevés.

Notez bien que l'Ether et le gas constituent deux choses différentes. Le prix moyen du gas fluctue et est largement décidé par les mineurs. Lorsque vous effectuez une transaction, vous payez le gas en ETH. C'est comme les frais de Bitcoin à cet égard : si le réseau est encombré et que de nombreux utilisateurs essaient de faire des transactions, le prix moyen du gas augmentera probablement. Inversement, s'il n'y a pas beaucoup d'activité, il diminuera.
Alors que le prix du gas change, chaque opération nécessite une quantité fixe de gaz. Cela signifie que les contrats complexes consommeront beaucoup plus qu'une simple transaction. Par conséquent, le gas est une mesure de la puissance de calcul. Il garantit que le système peut fournir une rémunération appropriée aux utilisateurs en fonction de leur utilisation des ressources d'Ethereum.
Le gas coûte généralement une fraction de l'Ether. C'est pourquoi nous utilisons une unité plus petite (le gwei) comme libellé. Un gwei correspond à un milliardième d'Ether.
Pour faire court, vous pourriez exécuter un programme qui s'exécute en boucle pendant une longue période. Mais cela devient rapidement très coûteux pour vous. C'est comme ça que les nœuds du réseau Ethereum peuvent atténuer les éléments indésirables.
Le prix moyen du gas en gwei au fil du temps. Source : etherscan.io


Gas et limites de gas

Supposons qu'Alice effectue une transaction dans le cadre d'un contrat. Elle étudierait le montant qu'elle souhaite dépenser en gas (par exemple, en utilisant le service ETH Gas Station). Elle pourrait fixer un prix plus élevé pour inciter les mineurs à inclure sa transaction le plus rapidement possible.
Mais elle définira également une limite de gas, qui sert à la protéger. Quelque chose pourrait mal tourner avec le contrat, ce qui l'amènerait à consommer plus de gas que prévu initialement. La limite de gas est mise en place pour s'assurer qu'une fois la quantité x de gas utilisée, l'opération s'arrête. Le contrat échouera, mais Alice ne devra pas payer plus que ce qu'elle n'a initialement accepté.

Au départ, ce concept peut sembler difficile à appréhender. Ne vous inquiétez pas : vous pouvez définir manuellement le prix que vous êtes prêt à payer pour le gas (et sa limite), mais la plupart des portefeuilles s'en chargent pour vous. En bref, le prix du gas définit la vitesse à laquelle les mineurs s'occuperont de votre transaction, et la limite du gas définit le montant maximum que vous paierez.


Combien de temps faut-il pour miner un bloc Ethereum ?

Le temps moyen nécessaire pour ajouter un nouveau bloc à la chaîne est compris entre 12 et 19 secondes. Cela changera très probablement une fois que le réseau aura effectué sa transition vers la Preuve d'enjeu, qui vise, entre autres, à réduire le temps de bloc. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, consultez l'article L'Ethereum Casper expliqué.


Que sont les tokens Ethereum ?

Une grande partie de l'attrait d'Ethereum réside dans la possibilité pour ses utilisateurs de créer leurs propres actifs sur la chaîne, qui peuvent être stockés et transférés comme de l'Ether. Les règles qui les régissent sont définies dans des smart contracts, permettant aux développeurs de définir des paramètres spécifiques concernant leurs tokens. Il peut s'agir du nombre de de tokens émettre, de la façon de les émettre, de leur divisibilité, de leur fongibilité et de bien d'autres choses. La plus importante des normes techniques qui permettent la création de tokens sur Ethereum est appelée ERC-20, et c'est pourquoi les tokens sont communément appelés tokens ERC-20.

La fonctionnalité des tokens offre aux innovateurs un vaste terrain de jeu pour expérimenter avec des applications à la pointe de la technologie et de la finance. Qu'il s'agisse d'émettre des tokens uniformes servant de devise à une application ou de produire des tokens uniques ayant des actifs physiques comme actifs sous-jacents, il y a beaucoup de flexibilité de conception. Il est tout à fait possible que les meilleurs cas d'utilisation pour une création simple de tokens n'aient pas encore été découverts.



Chapitre 3 - Débuter avec Ethereum

Table des matières


Comment puis-je acheter de l'ETH ?

Comment acheter des cryptos par carte de crédit ?

Binance vous permet d'acheter facilement des ETH depuis votre navigateur. Pour ce faire :


  1. Rendez-vous sur le portail Acheter et vendre des cryptomonnaies.
  2. Sélectionnez la cryptomonnaie que vous souhaitez acheter (ETH), et la devise avec laquelle vous souhaitez payer.
  3. Connectez-vous sur Binance, ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.
  4. Sélectionnez un mode de paiement.
  5. Si vous y êtes invité, insérez les détails de votre carte et terminez le processus de vérification d'identité.
  6. C'est tout ! Votre ETH sera crédité sur votre compte Binance.


Comment acheter des ETH sur les marchés peer-to-peer ?

Vous pouvez également acheter et vendre de l'ETH sur des marchés pair à pair. Cela vous permet d'acheter des monnaies auprès d'autres utilisateurs, directement à partir de l'application mobile Binance. Pour ce faire :


  1. Lancez l'application et connectez-vous ou inscrivez-vous.
  2. Sélectionnez Achat vente en un clic, puis sur l'onglet Acheter dans le coin supérieur gauche de l'interface.
  3. Plusieurs propositions s'afficheront. Cliquez sur Acheter pour choisir celle qui vous convient.
  4. Vous pouvez payer avec d'autres cryptomonnaies (onglet En cryptomonnaie) ou avec une devise fiat (onglet En fiat).
  5. Vous serez invité(e) à saisir votre mode de paiement en-dessous. Choisissez celui qui vous convient.
  6. Sélectionnez Acheter de l'ETH.
  7. Vous devez maintenant effectuer le paiement. Lorsque vous avez terminé, appuyez sur Marquer comme payé, puis sur Confirmer.
  8. La transaction est terminée lorsque le vendeur vous envoie vos fonds.


Que puis-je acheter avec de l'Ether (ETH) ?

Contrairement au Bitcoin, l'Ethereum n'est pas destiné à être utilisé uniquement comme un réseau de cryptomonnaie. Il s'agit d'une plateforme destinée au développement d'applications décentralisées, et en tant que token négociable, l'Ether est le carburant de cet écosystème. Le principal cas d'usage de l'Ether est donc sans doute sont utilité au sein du réseau Ethereum.

Cela dit, l'Ether peut aussi être utilisé comme une devise traditionnelle, en vous permettant de payer des biens ou des services en ETH.

Carte de fréquentation des détaillants qui acceptent l'Ether comme moyen de paiement. Source : cryptwerk.com/coinmap


À quoi sert l'Ethereum ?

Les gens peuvent utiliser la monnaie native d'Ethereum, ETH, comme monnaie numérique ou comme garantie. Beaucoup le considèrent également comme une réserve de valeur, similaire au Bitcoin. Contrairement au Bitcoin, la blockchain Ethereum est programmable, permettant de faire beaucoup plus de choses avec l'ETH. L'ETH peut ainsi être utilisé comme carburant pour des applications financières décentralisées, des marchés décentralisés, des exchanges, des jeux et bien plus encore.


Que faire si je perds mes ETH ?

Comme il n'y a pas de banque impliquée, vous êtes responsable de vos propres fonds. Vous pouvez stocker vos fonds sur un exchange, ou dans votre propre portefeuille. Il est important de noter que si vous utilisez votre propre portefeuille, vous devez absolument prendre soin de votre phrase mnémonique. Gardez-la en lieu sûr au cas où vous auriez besoin de restaurer l'accès à vos fonds suite à une perte d'accès à votre portefeuille.


Puis-je inverser des transactions sur Ethereum ?

Une fois que des données sont ajoutées à la blockchain Ethereum, il est quasiment impossible de les modifier ou de les supprimer. Cela signifie que quand vous effectuez une transaction, vous pouvez considérer qu'elle est gravée dans le marbre. Ainsi nous vous conseillons de toujours vérifier que vous envoyez des fonds à la bonne adresse. Si vous envoyez un montant important, il peut être utile d'envoyer d'abord une fraction du montant afin de vous assurer que l'adresse est la bonne.
Cela étant dit, en raison du piratage d'un smart contract, Ethereum a réalisé un hard fork en 2016, où les transactions malveillantes ont été « inversées ». Cependant, cela a été une mesure extrême d'un événement exceptionnel, et ne constitue pas la norme.


Les transactions Ethereum sont-elles privées ?

Non. Toutes les transactions qui sont ajoutées à la blockchain Ethereum sont visibles publiquement. Même si votre vrai nom ne figure pas sur votre adresse Ethereum, un observateur peut la relier à votre identité par d'autres méthodes.


Puis-je gagner de l'argent avec Ethereum ?

Comme il s'agit d'un actif volatil, vous pouvez gagner de l'argent avec l'ETH tout comme vous pouvez en perdre. Certaines personnes choisissent de conserver de l'Ether à long terme, en faisant le pari que le réseau deviendra un protocole de règlement programmable à l'échelle globale. D'autres choisissent de le trader contre d'autres altcoins. Cependant, ces deux stratégies comportent leurs propres risques financiers .
Comme il s'agit du principal pilier du mouvement de la finance décentralisée (DeFi), l'ETH peut également être utilisé comme monnaie d'emprunt, comme garantie pour emprunter, pour créer des actifs synthétiques et dans le futur pour faire du staking.
Certains investisseurs peuvent ne détenir qu'une position à long terme sur le Bitcoin, et ne pas inclure d'autres actifs numériques dans leur portefeuille. En revanche, d'autres peuvent choisir de conserver de l'ETH et d'autres altcoins, ou d'en allouer un certain pourcentage au trading à court terme (par exemple, le day trading ou le swing trading). Il n'existe pas d'approche unique pour gagner de l'argent sur les marchés, et chaque investisseur doit décider lui-même quelle est la stratégie la plus adaptée à son profil et à sa situation.


Comment stocker mes ETH ?

Il existe de nombreuses options pour conserver ses fonds, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients. Étant donné que chaque chose dans ce milieu comporte ses risques, la meilleure solution est donc peut être de diversifier ses choix parmi les différentes options disponibles.
En général, les solutions de stockage peuvent être soit via un custodial (dépositaire) ou non-custodial (sans dépositaire). Une solution « custodial » signifie que vous faites confiance à une tierce partie (comme un exchange par exemple). Dans ce cas, vous devez vous connecter à la plateforme du dépositaire pour effectuer des transactions avec vos actifs.
Une solution sans dépositaire est l'opposé. Vous conservez le contrôle de vos fonds via un portefeuille crypto. Un portefeuille crypto ne fonctionne pas comme son homologue physique. Il contient plutôt les clés cryptographiques qui vous permettent de contrôler vos actifs sur la blockchain. Il est utile de rappeler qu'il est impératif de sauvegarder votre phrase mnémonique (seed) lorsque vous utilisez une solution sans dépositaire !


Comment déposer vos ETH sur Binance

Si vous avez déjà de l'Ether et que vous voulez le déposer sur Binance, vous pouvez simplement suivre ces étapes :

  1. Connectez-vous sur Binance, ou inscrivez-vous si vous n'avez pas encore de compte.
  2. Allez sur votre portefeuille spot et sélectionnez Dépôt.
  3. Sélectionnez ETH dans la liste des cryptos.
  4. Sélectionnez le réseau en envoyez vos ETH à l'adresse correspondante.
  5. C'est tout ! Une fois la transaction confirmée, vos Ethers seront crédités sur votre compte Binance.


Comment stocker vos ETH sur Binance

Si vous souhaitez trader activement avec vos Ethers, vous devrez le stocker sur votre compte Binance. Le stockage de vos ETH sur Binance est simple et sécurisé. Et il vous permet de profiter facilement des avantages de l'écosystème Binance par le biais de prêts, du staking, d'airdrops et de cadeaux.


Comment retirer vos ETH de Binance

Si vous avez déjà de l'Ether et que vous voulez le retirer de Binance, vous pouvez simplement suivre ces étapes :

  1. Connectez-vous à votre compte Binance.
  2. Allez sur votre portefeuille spot et sélectionnez Retrait.
  3. Sélectionnez ETH dans la liste des cryptos.
  4. Sélectionnez le réseau.
  5. Insérez l'adresse du destinataire et le montant.
  6. Confirmez le processus par e-mail.
  7. C'est tout ! Une fois la transaction confirmée, les ETH seront crédités sur l'adresse que vous avez fournie.


Comment stocker vos ETH sur un portefeuille Ethereum

Si vous souhaitez stocker vos ETH dans votre propre portefeuille, deux options principales s'offrent à vous : les portefeuilles en ligne et les portefeuilles hors ligne.


Portefeuilles en ligne

Un portefeuille de cryptomonnaies qui est connecté à Internet d'une manière ou d'une autre est appelé un portefeuille en ligne (ou « hot wallet »). En général, il s'agit d'une application mobile ou pour ordinateur qui vous permet de vérifier vos soldes et d'envoyer ou de recevoir des tokens. Les portefeuilles en ligne étant connectés à Internet, ils sont généralement plus vulnérables aux attaques, mais aussi plus pratiques pour les paiements quotidiens. Trust Wallet est un exemple de portefeuille mobile facile à utiliser, qui présente une vaste compatibilité en termes de tokens et de monnaies prises en charge.

Portefeuilles hors ligne

Un « cold wallet » est un portefeuille de cryptomonnaies qui n'est pas exposé à l'Internet. Puisqu'il n'y a pas de vecteur d'attaque en ligne, les risques d'attaque sont globalement plus faibles. En même temps, l'utilisation des portefeuilles hors ligne est généralement moins intuitive que celle des portefeuilles en ligne. Parmi les exemples de portefeuilles hors ligne, citons les portefeuilles matériels ou les portefeuilles papier, mais l'utilisation de portefeuilles papier est souvent déconseillée car beaucoup considèrent qu'ils sont obsolètes et que leur utilisation est risquée.
Pour une analyse des différents types de portefeuilles, consultez Les différents types de portefeuilles cryptos expliqués.


Quels sont le logo et le symbole d'Ethereum ?

Vitalik Buterin a conçu le premier emblème d'Ethereum. Il était composé de deux symboles de sommation Σ inversés (Sigma de l'alphabet grec). La conception finale du logo (basée sur cet emblème) est composée d'une forme rhomboïde appelée octaèdre, entourée de quatre triangles. Comme pour d'autres devises, il peut être utile pour l'Ether d'avoir un symbole Unicode standard afin que les applications et les sites Web puissent facilement libeller les quantités en Ether. Bien qu'il ne soit pas aussi largement utilisée que par exemple, le $ pour le dollar américain, le symbole le plus couramment utilisé pour l'ether est Ξ.



Chapitre 4 - Scalabilité, ETH 2.0 et le futur d'Ethereum

Table des matières


Qu'est-ce que la scalabilité ?

Pour faire simple, la scalabilité (l'évolutivité) est une mesure de la capacité d'un système à croître. Dans le domaine de l'informatique, par exemple, un réseau ou un serveur peut être mis à l'échelle (scalé) pour répondre à une demande accrue grâce à différentes méthodes.

Dans le domaine des cryptomonnaies, la scalabilité désigne la capacité d'une blockchain à croître pour accueillir davantage d'utilisateurs. Plus d'utilisateurs signifie plus d'opérations et de transactions « en concurrence » pour être incluses dans la blockchain.


Pourquoi Ethereum doit-il être évolutif ?

Les promoteurs d'Ethereum pensent que la prochaine itération d'Internet sera construite sur la plateforme. Ce que l'on appelle le Web 3.0 donnerait naissance à une topologie décentralisée caractérisée par l'absence d'intermédiaires, l'accent serait mis sur la vie privée et l'évolution vers une véritable propriété de ses propres données. Cette base serait construite en utilisant l'informatique distribuée sous la forme de smart contracts et de protocoles de stockage/communication distribués.
Pour y parvenir, cependant, Ethereum doit augmenter massivement le nombre de transactions qu'il peut traiter sans nuire à la décentralisation du réseau. À l'heure actuelle, Ethereum ne limite pas le volume de transactions en limitant la taille du bloc comme le fait le Bitcoin. Au lieu de cela, il existe une limite de gas par bloc. Seule une certaine quantité de gas peut tenir dans un bloc.

Par exemple, si vous avez une limite de gas de bloc de 100 000 gwei et que vous voulez inclure dix transactions avec une limite de gas de 10 000 gwei chacune, cela fonctionnera. Il en va de même pour deux transactions de 50 000 gwei. Toute autre transaction soumise en parallèle devra attendre le bloc suivant.

Ce n'est pas idéal pour un système que tout le monde utilise. S'il y a plus de transactions en attente que d'espace disponible dans un bloc, vous vous retrouvez rapidement avec un cumul de transactions en attente. Le prix du gas augmentera et les utilisateurs devront surenchérir sur d'autres pour que leurs transactions soient incluses en premier. Selon l'occupation du réseau, les opérations peuvent devenir trop coûteuses pour certains cas d'utilisation.

La montée en puissance de la popularité de CryptoKitties a été un excellent exemple des limites d'Ethereum sur ce front. En 2017, le jeu basé sur Ethereum a incité de nombreux utilisateurs à effectuer des transactions pour participer au dressage de leurs chats numériques (représentés par des tokens non fongibles). Il est devenu si populaire que les transactions en attente ont augmenté, entraînant une congestion extrême du réseau pendant un certain temps.


Le trilemme de la scalabilité de la blockchain

Il semble que le simple fait d'augmenter la limite de gas des blocs diminuerait tous les problèmes de scalabilité. Plus le plafond est élevé, plus important serait le nombre de transactions qui pourraient être traitées dans un délai donné, n'est-ce pas ?

Malheureusement, cela n'est tout simplement pas réalisable sans sacrifier les propriétés esentielles d'Ethereum. Vitalik Buterin a défini le Trilemme de la blockchain (représenté ci-dessous) pour expliquer l'équilibre délicat que les blockchains doivent atteindre.

Le trilemme blockchain : Scalabilité (1), Sécurité (2) et Décentralisation (3).


En choisissant d'améliorer deux des trois caractéristiques ci-dessus, la troisième sera détériorée. Les blockchains comme Ethereum et Bitcoin privilégient la sécurité et la décentralisation. Leurs algorithmes de consensus garantissent la sécurité de leurs réseaux, constitués de milliers de nœuds, mais cela implique une faible scalabilité. Avec autant de nœuds recevant et validant les transactions, le système est beaucoup plus lent que les alternatives centralisées.
Dans un autre scénario, la limite de gas de bloc pourrait être supprimée afin que le réseau réponde aux besoins de sécurité et de scalabilité, mais il ne sera plus suffisamment décentralisé.

Cela s'explique par le fait qu'un plus grand nombre de transactions dans un bloc entraîne des blocs plus grands. Les nœuds du réseau doivent les télécharger et les propager périodiquement. Et ce processus est coûteux en terme de ressources matérielles. Lorsque la limite de gas des blocs est augmentée, il devient plus difficile pour les nœuds de valider, stocker et diffuser des blocs.

Par conséquent, on peut s'attendre à ce que les nœuds qui ne peuvent pas suivre se retirent du réseau. En continuant de cette manière, seule la fraction des nœuds les plus puissants serait en mesure de participer, ce qui conduirait à une plus grande centralisation. Vous pourriez vous retrouver avec une blockchain sécurisée et scalable, mais elle ne serait pas décentralisée.

Enfin, nous pouvons imaginer une blockchain qui se concentre sur la décentralisation et la scalabilité. Pour être à la fois rapide et décentralisé, des sacrifices doivent être faits en ce qui concerne l'algorithme de consensus utilisé, ce qui conduit à une sécurité plus faible.


Combien de transactions Ethereum peut-il traiter ?

Au cours des dernières années, Ethereum a rarement dépassé dix transactions par seconde (TPS). Pour une plateforme visant à devenir un « ordinateur mondial », ce chiffre est étonnamment faible.
Les solutions de scalabilité font depuis longtemps partie de la feuille de route d'Ethereum. Plasma est un exemple de solution de scalabilité. Elle vise à accroître l'efficacité d'Ethereum, mais la technique peut également être appliquée à d'autres réseaux blockchain.


Qu'est-ce qu'Ethereum 2.0 ?

Malgré son fort potentiel, Ethereum comporte encore d'importantes limitations. Nous avons déjà évoqué le problème de la scalabilité. En bref, si Ethereum veut devenir la pierre angulaire du nouveau système financier, il doit être capable de traiter beaucoup plus de transactions par seconde. Compte tenu de la nature distribuée du réseau, il s'agit d'un problème extrêmement difficile à résoudre, et les développeurs Ethereum y réfléchissent depuis des années.

Par exemple, pour que le réseau reste suffisamment décentralisé, des limites doivent être appliquées. Plus les exigences d'exploitation d'un nœud sont élevées, moins il y aura de participants et plus le réseau sera centralisé. Ainsi, augmenter le nombre de transactions qu'Ethereum peut traiter pourrait menacer l'intégrité du système, car cela augmenterait également la charge sur les nœuds.

Une autre reproche à Ethereum (et d'autres cryptomonnaies utilisant la Preuve de travail) est qu'elle demande énormément d'énergie. Pour réussir à ajouter un bloc à la blockchain, ils faut s'adonner au minage. Mais pour créer un bloc de cette manière, ils faut effectuer rapidement des calculs qui consomment d'énormes quantités d'électricité.

Pour remédier aux limites ci-dessus, un ensemble important de mises à niveau a été proposé, collectivement appelé Ethereum 2.0 (ou ETH 2.0). Une fois le déploiement terminé, ETH 2.0 devrait améliorer considérablement les performances du réseau.


Qu'est-ce que le sharding Ethereum ?

Comme mentionné ci-dessus, chaque nœud stocke une copie de l'intégralité de la blockchain. Chaque fois qu'un bloc s'ajoute, tous les noeuds doivent être mis à jour, ce qui consomme de la mémoire et de la bande passante.

En utilisant une méthode appelée sharding, cela peut ne plus être nécessaire. Le nom fait référence au processus de division du réseau en sous-ensembles de nœuds, ce sont les shards. Chacun de ces shards traitera ses propres transactions et contrats, mais pourra néanmoins communiquer avec le réseau de l'ensemble des shards si nécessaire. Comme chaque shard valide indépendamment, il n'est plus nécessaire pour eux de stocker les données des autres shards.

Le réseau en mars 2020 par rapport au réseau avec le sharding activé.


Le sharding est l'une des approches les plus complexes de la scalabilité, dont la conception et la mise en œuvre exigent beaucoup de travail. Toutefois, si elle venait à être implémentée avec succès, il s'agirait également de l'une des plus efficaces, ce qui augmenterait la capacité du réseau de plusieurs ordres de grandeur.


Qu'est-ce que le Plasma d'Ethereum ?

Ethereum Plasma est ce que nous appelons une solution de scalabilité hors chaîne, c'est-à-dire qu'elle vise à dynamiser le débit des transactions en déplaçant les transactions hors de la blockchain. À cet égard, Plasma comporte des similitudes avec les sidechains et avec les canaux de paiement.

Avec Plasma, les chaînes secondaires sont ancrées dans la blockchain principale d'Ethereum, mais elles limitent au minimum la communication avec celle-ci. Elles opèrent de manière plus ou moins indépendante, bien que les utilisateurs continuent de s'appuyer sur la chaîne principale pour régler les litiges ou « terminer » leurs activités sur les chaînes secondaires.

Réduire la quantité de données que les noeuds doivent stocker est crucial pour la scalabilité d'Ethereum. L'approche Plasma permet aux développeurs de décrire le fonctionnement de leurs chaînes « enfants » dans un smart contract sur la chaîne principale. Ensuite, ils sont libres de créer des applications avec des informations ou des processus trop coûteux pour être stockés/exécutés sur la chaîne principale.

Pour une présentation complète de Plasma, consultez l'article Qu'est-ce qu'Ethereum Plasma ?


Que sont les rollups Ethereum ?

Les rollups sont similaires à Plasma dans le sens où ils visent à scaler Ethereum en déplaçant les transactions hors de la blockchain principale. Alors, comment fonctionnent-ils ?
Un seul contrat sur la chaîne principale détient tous les fonds de la chaîne secondaire et conserve une preuve cryptographique de l'état actuel de cette chaîne. Les opérateurs de cette chaîne secondaire, qui ont déposé une obligation dans le contrat sur le réseau principal, s'assurent que seules les transitions d'état valides sont enregistrées dans le contrat sur le réseau principal. L'idée est que, comme cet état est maintenu hors chaîne, il n'est pas nécessaire de stocker les données sur la blockchain. Le principal élément différenciateur des rollups par rapport à Plasma réside toutefois dans la manière dont les transactions sont soumises à la chaîne principale. À l'aide d'un type de transaction spécial, un grand nombre de transactions peuvent être regroupées en un bloc spécial appelé Bloc rollup.
Il existe deux types de rollup : les rollups Optimiste et ZK. Les deux garantissent l'exactitude des transitions d'état de différentes manières.
Les rollup ZK soumettent des transactions à l'aide d'une méthode de vérification cryptographique appelée Preuve à divulgation nulle de connaissance. Plus précisément, il s'agit d'une approche appelée zk-SNARK. Nous n'entrerons pas dans les détails de son fonctionnement ici, mais voici comment il peut être utilisé pour les rollups. C'est un moyen pour différentes parties de se prouver mutuellement qu'elles disposent d'un élément d'information particulier sans révéler cette information.

Dans le cas des Rollups ZK, ces informations sont des transitions d'état qui sont soumises à la chaîne principale. L'un des grands avantages de cette méthode est que ce processus peut se dérouler presque instantanément et qu'il n'y a pratiquement aucun risque de soumission d'états corrompus.

Les rollups optimistes sacrifient une petite quantité de scalabilité pour plus de flexibilité. En utilisant une machine virtuelle appelée Optimistic Virtual Machine (OVM), ils permettent aux smart contracts de fonctionner sur ces chaînes secondaires. D'autre part, il n'y a pas de preuve cryptographique que la transition d'état soumise à la chaîne principale est correcte. Pour gérer ce problème, il y a un léger délai pour permettre aux utilisateurs de contester et de rejeter les blocs non valides envoyés à la chaîne principale.


Qu'est-ce que la preuve d'enjeu (PoS) Ethereum ?

La preuve d'enjeu (PoS) est une méthode alternative à la preuve de travail pour valider les blocs. Dans un système de preuve d'enjeu, les blocs ne sont pas minés, mais mintés (créés) (on dit parfois forgés). Au lieu de mineurs rivalisant avec la puissance de hachage, un nœud (ou validateur) est choisi périodiquement au hasard pour valider un bloc candidat. S'il le fait correctement, il recevra tous les frais de transaction de ce bloc et, selon le protocole, éventuellement une récompense de bloc.

Comme il n'y a pas de minage, la preuve d'enjeu est considérée comme moins nocive pour l'environnement. Les validateurs consomment beaucoup moins d'énergie que les mineurs et peuvent êtres déployés sur du matériel grand public.

L'Ethereum devrait passer du PoW au PoS dans le cadre d'Ethereum 2.0, avec une mise à niveau appelée Casper. Bien qu'une date exacte n'ait pas encore été officialisée, la première phase sera probablement lancée en 2020.


Qu'est-ce que le staking Ethereum ?

Dans les protocoles de preuve de travail, la sécurité du réseau est assurée par les mineurs. Les mineurs ne tricheront pas, car ils gaspilleraient de l'électricité et perdraient des récompenses potentielles. Avec la preuve d'enjeu, il n'existe pas de telle théorie des jeux, et différentes mesures cryptoéconomiques sont en place pour assurer la sécurité du réseau.
Au lieu du risque de gaspillage, ce qui empêche les comportements malhonnêtes, c'est le risque de perdre des fonds. Les validateurs doivent déposer une mise (c'est-à-dire un dépôt de garantie) pour pouvoir valider des transactions. Il s'agit d'un nombre défini d'Ether qui sera perdu si le nœud tente de tricher, ou de prélèvements progressifs si le nœud ne répond pas ou est hors ligne. Toutefois, si le validateur maintien des nœuds supplémentaires, il est en mesure d'obtenir plus de récompenses.


Combien d'ETH dois-je staker sur Ethereum ?

La mise minimale estimée pour Ethereum est de 32 ETH par validateur. Cette valeur est fixée à un tel niveau de façon à ce que le coût d'une tentative d'attaque à 51 % soit extrêmement élevé.


Combien d'ETH puis-je gagner en stakant sur Ethereum ?

Il n'est pas simple de répondre à cette question. Celle-ci est fonction, bien sûr, de votre mise, mais aussi du montant total d'ETH mis en jeu sur le réseau et du taux d'inflation. À titre d'estimation très approximative, les calculs actuels prévoient un rendement annuel d'environ 6 %. Gardez à l'esprit que ce n'est qu'une estimation et qu'elle pourrait changer à l'avenir.


Combien de temps mon ETH est-il bloqué lorsque je stake ?

Il y aura une file d'attente pour retirer votre ETH de votre validateur. S'il n'y a pas d'attente, le délai minimum de retrait est de 18 heures, mais elle est ajustée dynamiquement en fonction du nombre de validateurs qui retirent à un moment donné.


Y a-t-il un risque à staker mon ETH ?

Comme vous êtes un validateur du réseau responsable du maintien de la sécurité du réseau, il y a certains risques à prendre en compte. Si votre nœud de validation est hors ligne pendant une période prolongée, vous risquez de perdre une partie considérable de votre dépôt. De plus, si votre dépôt chute en dessous de 16 ETH à un moment, vous serez supprimé de la liste des validateurs.

Il convient également d'envisager un facteur de risque plus systémique. La preuve d'enjeu n'a jamais été mise en œuvre à une telle échelle auparavant, nous ne pouvons donc pas être entièrement sûrs qu'elle n'échouera pas d'une certaine manière. Les logiciels présentent toujours des bugs et des vulnérabilités, ce qui peut avoir un effet dévastateur, surtout lorsque des milliards de dollars sont en jeu.



Chapitre 5 - Ethereum et la finance décentralisée (DeFi)

Table des matières


Qu'est-ce que la finance décentralisée (DeFi) ?

La Finance décentralisée (ou simplement, DeFi) est un mouvement qui vise à décentraliser les applications financières. La DeFi est construite sur des blockchains publiques, open-source, auxquelles toute personne disposant d'une connexion Internet  peut accéder gratuitement (sans contrôle d'accès). Il s'agit d'un élément essentiel pour l'intégration de milliards de personnes à ce nouveau système financier mondial.
Dans l'écosystème DeFi en pleine expansion, les utilisateurs interagissent avec des smart contracts et entre eux par le biais de réseaux peer-to-peer (P2P) et d'applications décentralisées (DApps). L'avantage de la DeFi, c'est que même si elle rend tout cela possible, les utilisateurs restent toujours propriétaires de leurs fonds à tout moment.

En d'autres termes, le mouvement de finance décentralisée (DeFi) vise à créer un nouveau système financier qui n'est pas soumis aux limites actuelles. En raison de son degré relativement élevé de décentralisation et de sa grande base de développeurs, la plupart des systèmes DeFi sont actuellement développés sur Ethereum.


À quoi sert la finance décentralisée (DeFi) ?

Vous le savez probablement déjà, mais l'un des grands avantages du Bitcoin est qu'aucune institution centralisée n'est nécessaire pour coordonner le fonctionnement du réseau. Mais que se passe-t-il si nous utilisons cette idée de base et que nous créons des applications programmables par-dessus ? C'est le potentiel des applications DeFi. Pas de coordinateur central ou d'intermédiaire, ni de point de défaillance unique.

Comme mentionné ci-dessus, l'un des grands avantages de la DeFi est son accès libre et gratuit. Il y a des milliards de personnes dans le monde entier qui ne disposent pas d'un accès décent à des services financiers. Pouvez-vous imaginer la façont dont vous géreriez votre quotidien sans aucune certitude quant à vos finances ? Il y a des milliards de personnes qui vivent de cette manière, et en fin de compte, c'est le groupe démographique que la DeFi essaie de servir.


La Finance décentralisée (DeFi) atteindra-t-elle un jour le grand public ?

Tout cela semble génial, alors pourquoi la DeFi n'a-t-elle pas encore conquis le monde ? À l'heure actuelle, la plupart des applications DeFi sont difficiles à utiliser, peu ergonomiques, pas fiables et hautement expérimentales. Il s'avère que la conception de l'infrastructure logicielle de cet écosystème est extrêmement difficile, surtout dans un environnement de développement distribué.

Résoudre tous les défis liés à la construction de l'écosystème DeFi est un long chemin à parcourir pour les ingénieurs logiciels, les théoriciens des jeux, les concepteurs de mécanismes, et bien d'autres encore. Il reste donc à voir si les applications DeFi parviendront un jour à se généraliser.


Quelles applications de finance décentralisée (DeFi) existe-t-il ?

Les stablecoins sont l'un des cas d'utilisation de la DeFi les plus populaires. Il s'agit essentiellement de tokens sur une blockchain dont la valeur est liée à un actif réel, tel qu'une devise fiat. Par exemple, le BUSD est rattaché à la valeur de l'USD. Ce qui rend ces tokens pratiques, c'est qu'ils sont très faciles à stocker et à transférer, étant donné qu'ils existent sur une blockchain.
Un autre type d'application populaire est le prêt. Il existe de nombreux services peer-to-peer (P2P) qui vous permettent de prêter vos fonds à d'autres personnes et de percevoir des intérêts en retour. En fait, l'un des moyens les plus faciles de le faire est Binance Lending. Il vous suffit de transférer vos fonds sur votre portefeuille de prêt et vous pourrez commencer à gagner des intérêts le lendemain !
Toutefois, la partie la plus passionnante de la DeFi est sans doute les applications difficiles à catégoriser. Il peut s'agir de toutes sortes de places de marché peer-to-peer décentralisées, où les utilisateurs peuvent échanger des objets de collection crypto uniques et d'autres objets numériques. Ils peuvent également permettre la création d'actifs synthétiques, où n'importe qui peut créer un marché pour à peu près tout ce qui a de la valeur. D'autres utilisations peuvent inclure les marchés de prédiction, les produits dérivés, et bien d'autres encore.


Exchanges décentralisés (DEX) sur Ethereum

Un DEX (Decentralized Exchange) est une application qui permet aux transactions de se faire directement entre les portefeuilles des utilisateurs. Lorsque vous tradez sur Binance, un exchange centralisé, vous envoyez vos fonds à Binance et tradez par le biais de ses systèmes internes.
Les exchanges décentralisés sont différents. Grâce à la magie des smart contracts, ils vous permettent de trader directement depuis votre portefeuille crypto, ce qui élimine less risques de piratage d'exchanges ainsi que d'autres risques.
Un excellent exemple d'exchange décentralisé est Binance DEX. Parmi les autres exemples notables basés sur Ethereum, citons Uniswap, Kyber Network et IDEX. Beaucoup d'entre eux vous permettent même de trader à partir d'un portefeuille matériel pour une sécurité maximale.

Exchange centralisé ou décentralisé.


Nous avons illustré plus haut les différences entre les exchanges centralisés et décentralisés. À gauche, nous pouvons voir que Binance se trouve au milieu des transactions entre utilisateurs. Ainsi, si Alice veut échanger le Token A contre le Token B de Bob, ils doivent d'abord déposer leurs actifs sur l'exchange. Après le trade, Binance réattribuera les montants en conséquence.

A droite, cependant, se trouve un exchange décentralisé. Vous remarquerez qu'aucun tiers n'est impliqué dans la transaction. Au lieu de cela, le token d'Alice est directement échangé contre celui de Bob en utilisant un smart contract. Ainsi, aucune des parties n'a besoin de faire confiance à un intermédiaire, car les conditions de leur contrat sont automatiquement applicables.

Depuis février 2020, les DEX ont tendance à être les applications de la blockchain Etheureum les plus utilisées. Toutefois, le volume de trading reste faible par rapport à celui des exchanges centralisés. Néanmoins, si les développeurs et les concepteurs de DEX améliorent l'expérience utilisateur pour être plus ergonomiques, les DEX pourraient rivaliser avec des exchanges centralisés à l'avenir.



Chapitre 6 - Participer au réseau Ethereum

Table des matières


Qu'est-ce qu'un nœud Ethereum ?

Un « nœud Ethereum » est un terme utilisé pour désigner un programme qui interagit avec la blockchain Ethereum. Un nœud Ethereum peut être n'importe quoi, d'une simple application de portefeuille de téléphone portable à un ordinateur qui stocke une copie complète de la blockchain.

Tous les nœuds fonctionnent comme un point de communication d'une manière ou d'une autre, mais il existe différents types de nœuds sur le réseau Ethereum.


Comment fonctionne un nœud Ethereum ?

Contrairement au Bitcoin, Ethereum ne dispose pas d'un seul programme comme implémentation de référence. Alors que l'écosystème Bitcoin dispose de Bitcoin Core comme principal logiciel de nœud, Ethereum a une gamme de programmes individuels (mais compatibles) basés sur son livre jaune. Parmi les options populaires, citons Geth et Parity.


Nœuds complets Ethereum

Pour interagir avec le réseau Ethereum d'une manière qui vous permet de valider les données blockchain indépendamment, vous devez exécuter un nœud complet à l'aide d'un logiciel comme celui mentionné ci-dessus.

Le logiciel téléchargera des blocs à partir d'autres nœuds et vérifiera si les transactions incluses sont correctes. Il exécutera également tous les smart contracts qui ont été appelés pour s'assurer que vous recevez les mêmes informations que d'autres pairs. Si tout fonctionne comme prévu, on peut s'attendre à ce que chaque nœud ait une copie identique de la blockchain dans sa mémoire.

Les nœuds complets sont essentiels au fonctionnement d'Ethereum. Sans plusieurs nœuds répartis dans le monde entier, le réseau perdrait sa résistance à la censure et sa décentralisation.


Nœuds légers Ethereum

La gestion d'un nœud complet vous permet de contribuer directement à la santé et à la sécurité du réseau. Cependant, un nœud complet nécessite souvent une machine distincte pour fonctionner ainsi qu'une maintenance occasionnelle. Les nœuds légers pourraient constituer une meilleure option pour les utilisateurs qui ne sont pas en mesure d'opérer un nœud complet (ou qui préfèrent simplement ne pas le faire).

Comme leur nom l'indique, les nœuds légers sont légers : ils utilisent moins de ressources et occupent un espace disque minimal. Ils peuvent donc fonctionner sur des appareils moins performants comme les téléphones ou les ordinateurs portables. Mais ces faibles coûts fixes ont aussi un coût : les nœuds légers ne sont pas entièrement autosuffisants. Ils ne synchronisent pas complètement la blockchain et nécessitent donc des nœuds complets pour leur fournir des informations supplémentaires.

Les nœuds légers sont populaires parmi les marchands, les services et les utilisateurs. Ils sont largement utilisés pour effectuer et recevoir des paiements dans des scénarios où des nœuds complets sont jugés inutiles et trop coûteux à gérer.

Nœuds de minage d'Ethereum

Un nœud de minage peut être un client complet ou léger. Le terme « nœud de minage » n'est pas vraiment utilisé tel qu'il l'est dans l'écosystème Bitcoin, mais il vaut néanmoins la peine d'identifier ces participants.

Pour miner de l'Ethereum, les utilisateurs ont besoin de matériel supplémentaire. Une pratique courante consiste à construire une machine de minage, ou « rig ». Ils sont généralement composés de plusieurs GPU (unités de traitement graphique) connectés ensemble pour hacher les données à grande vitesse.
Les mineurs ont deux options : le minage en solo ou dans un pool. Le minage individuel signifie que le mineur essaye de créer des blocs à lui tout seul. S'il réussit, il ne partage pas la récompense du minage avec qui que ce soit. En revanche, lorsqu'il rejoint un pool de minage, il combine sa puissance de hachage avec celle d'autres utilisateurs. Cela augmente la probabilité de trouver un bloc à plusieurs, mais implique le partage des récompenses qui en découlent.


Comment opérer un nœud Ethereum

L'un des grands aspects des blockchains est l'accès libre. Cela signifie que tout le monde peut faire fonctionner un nœud Ethereum et renforcer le réseau en validant des transactions et des blocs.

Comme pour le Bitcoin, il existe un certain nombre d'entreprises qui proposent des nœuds Ethereum prêts à l'emploi. Il s'agit peut-être de la meilleure option si vous souhaitez simplement mettre en place un nœud et le faire fonctionner. Cependant, soyez prêt à payer un supplément pour ce service clé en main.
Comme mentionné, Ethereum dispose d'un certain nombre d'implémentations logicielles de nœuds différentes, telles que Geth ou Parity. Si vous souhaitez exploiter votre propre nœud, vous devez vous familiariser avec le processus de configuration de l'implémentation que vous choisissez.
À l'exception du cas où vous souhaitez exécuter un nœud spécial appelé nœud d'archivage, un ordinateur portable grand public devrait suffire pour exécuter un nœud complet Ethereum. Veuillez noter qu'il est préférable de ne pas utiliser votre machine au quotidien, car cela pourrait la ralentir considérablement.

La gestion de votre propre nœud fonctionne mieux sur les appareils étant connectés en permanence à Internet. Si votre nœud se déconnecte, il peut mettre un temps considérable pour se synchroniser avec le réseau une fois qu'il est de nouveau en ligne. Ainsi, les meilleures solutions sont des dispositifs peu coûteux à construire et faciles à entretenir. Par exemple, vous pouvez exécuter un nœud léger sur un Raspberry Pi.


Comment miner sur Ethereum

Vu que le réseau va bientôt passer à la Preuve d'enjeu, le minage sur Ethereum ne constitue pas le pari le plus sûr à long terme. Après la transition, les mineurs d'Ethereum utiliseront probablement leur équipement de minage sur un autre réseau ou le vendront.
Malgré tout, si vous souhaitez participer au minage d'Ethereum, vous aurez besoin de matériel spécialisé, comme des GPU ou des ASIC. Si vous êtes à la recherche de rendements raisonnables, vous aurez probablement besoin de matériel spécifique et d'électricité à bas coût. En outre, vous devrez mettre en place un portefeuille Ethereum et configurer le logiciel de minage pour l'utiliser. Tout cela exige un investissement important en temps et en argent, alors demandez-vous bien si vous êtes prêt à relever le défi.


Qu'est-ce que Ethereum ProgPow ?

ProgPoW signifie Programmatic Proof of Work (Preuve d'enjeu programmatique) . Il s'agit d'une extension proposée de l'algorithme de minage d'Ethereum, Ethash, conçue pour rendre les processeurs graphiques plus compétitifs avec les ASIC.
La résistance aux ASIC est un sujet très débattu depuis des années dans la communauté Bitcoin et Ethereum. Dans le cas du Bitcoin, les ASIC sont devenus la source de minage dominante du réseau.

Sur Ethereum, cependant, les ASIC sont présents mais beaucoup moins importants. Une partie considérable des mineurs utilisent toujours des GPU. Cette situation pourrait toutefois changer prochainement, car de plus en plus de sociétés mettent sur le marché des mineurs ASIC pour Ethereum. Mais pourquoi les ASIC pourraient-ils poser un problème ?

D'une part, les ASIC pourraient considérablement réduire la décentralisation du réseau. Si les mineurs GPU ne sont pas rentables et interrompent leur minage, le taux de hachage pourrait se concentrer dans les mains de quelques mineurs seulement. De plus, le développement de puces ASIC est coûteux, et seules quelques entreprises ont les capacités et les ressources pour le faire. Cela crée un risque de monopole de la fabrication en centralisant potentiellement l'industrie du minage Ethereum parmi quelques entreprises seulement.
L'intégration de ProgPow est source de controverses depuis 2018. Certains pensent que cela pourrait être sain pour l'écosystème Ethereum, mais d'autres sont opposés à cela à cause du risque de hard fork. Avec la transition vers la preuve d'enjeu, il reste à savoir si ProgPow sera un jour implémenté.


Qui développe la partie logicielle d'Ethereum ?

Tout comme le Bitcoin, l'Ethereum est open-source. Tout le monde est libre de participer au développement du protocole lui-même ou de créer des applications reposant sur celui-ci. En fait, Ethereum possède actuellement la plus grande communauté de développeurs de l'espace blockchain.
Des ouvrages comme Mastering Ethereum de Andreas Antonopoulos et Gavin Wood's ou le guide Ethereum.org Developer Resources sont d'excellents points de départ pour les développeurs souhaitant s'impliquer.


Qu'est-ce que Solidity ?

Les smart contracts ont d'abord été décrits dans les années 1990, mais permettre leur existence sur une blockchain a posé de tout nouveaux défis. Solidity a été proposé en 2014 par Gavin Wood, et est devenu depuis le principal langage de programmation pour le développement de smart contracts sur Ethereum. Syntaxiquement, il ressemble à Java, JavaScript et C++.
Essentiellement, Solidity permet aux développeurs d'écrire du code qui peut être décomposé en instructions que la machine virtuelle Ethereum (EVM) peut comprendre. Si vous souhaitez mieux comprendre son fonctionnement, le GitHub Solidity est un bon point de départ.
Veuillez noter que Solidity n'est pas le seul langage disponible pour les développeurs Ethereum. Une autre option populaire est Vyper, dont la syntaxe ressemble davantage à Python.